Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du septembre, 2014

Défricher son terrain

En prenant possession de la maison de mon beau-père, nous avons pris aussi possession du terrain qui venait avec. Le premier été n'a pas été de tout repos. La piscine qui avait plusieurs tuyau de brisés, les nombreuses fleurs dont ignorait le résultat qu'elles donneraient (et surtout la quantité incroyable qu'il y avait) et la forêt complète que nous avions (nous avions au moins 10 arbres sur notre terrain au début de l'été).

Nous avons décidé de laisser le tout aller, voir pour le premier été qu'est-ce que ça allait donner. Je n'ai jamais réussi à passer à travers des mauvais herbes tellement il y en avait. Un arbre a cassé et est tombé. Nous l'avons donc coupé et c'était le début de l'espace que nous faisions. 
Aujourd'hui, je travaillais mais ma blonde (après en avoir parlé souvent) a finalement pris l'initiative d'enlever un tas de vivaces sur tout les équinacées. Bien que ça dure relativement longtemps et fait de belles couleurs, nous…

Équipe de jeunes, la ville de Québec est frustrée

Québec veut les Nordiques. Ils en rêvent depuis leur départ en 1995. Depuis plusieurs années, le Club des Canadiens de Montréal leur offre un match pré-saison. Tous les fans de hockey seraient excités à voir des joueurs du calibre de la LNH au lieu de la LHJMQ. Bien que les Remparts de Québec ont toujours eu un grand succès même voilà 10 ans lorsque j'y était, disons que ce n'était pas la même chose de voir les Citadelles jouer (équipe de la ligue américaine affiliée aux Canadiens à l'époque).

On ne parle pas du même calibre même si plusieurs n'ont jamais joué dans la Ligue Nationale de Hockey. J'ai vu des Ribeiro, Plekanec, Bouillon et j'en passe.

Le Club de hockey des Canadiens de Montréal va jouer un match pré-saison à Québec ce soir et ils ne présenteront pas beaucoup de vétérans ce qui sème la grogne sur les médias sociaux. On se plaint du prix des billets pour le spectacle qu'ils vont avoir par exemple. Pour une ville qui veux absolument avoir une équi…

Se faire arnaquer ou être servi par un incompétent?

J'ai vraiment l'impression de m'être fait anarquer ce soir. À vous de juger...

Ma copine a un problème avec son cellulaire. Après un malheureux accident d'une canette de pepsi percé qui a arrosé à peu près tout autour dans la cuisine dont son cellulaire, le microphone de ce dernier ne fonctionnait plus. En fait, lorsqu'elle faisait un téléphone, on avait l'impression qu'elle se tenait à côté de l'autoroute en pleine tempête de vent, bref, on entendait rien de ce qu'elle disait. Après avoir discuter avec un gars de notre compagnie de téléphone, il semblerait que sans le savoir, le pepsi a abimé le microphone. 

Heureusement, nous avions le téléphone de mon beau-père pour dépanner mais comme il n'était pas de la même compagnie de téléphone que nous, nous avons du le faire "débloquer". Nous avons été chez Protel GSM à Place Versaille. Je n'ai pas peur de les nommer parce que tout client doit être à l'affût avant d'aller à une pla…

Quand la maturité n'est pas toujours liée à l'âge...

Est-ce que ça vous est déjà arrivé d'avoir une discussion houleuse avec quelqu'un et que cette personne se met dans un état d'esprit hyper négatif et réagit fortement à la pelure de la discussion au lieu du noyau?

Si parfois notre orgueil nous amène des fois à perdre de vue le but premier de la discussion, lorsqu'une personne continue à agir négativement après une discussion car son orgueil ne s'en ai pas remis, il y peut y avoir des problèmes.


Si c'était un enfant qui boudait après s'être fait remettre à l'ordre par son parent, je pourrais comprendre. Cependant, si une adulte ne sait pas faire la différence entre la raison de la discussion et son orgueil blessé, ça donne des comportements à la limite de l'immaturité.


Quand cette personne fait tout pour vous jouer la victime et nous faire sentir "coupable", c'est vraiment décourageant. Décourageant parce que pour qu'une relation se passe bien, il faut discuter. Quand la personne n'…

L'Écosse dit non à son indépendance... le rêve toujours possible?

La défaite du Oui pour l'indépendance de l'Écosse m'a laissé un goût amer. Je dois admettre que mes espoirs d'indépendance du Québec sont pas très forte présentement. Non pas que je n'y crois plus mais disons que le moral n'est pas à son plu haut niveau. Ce n'est pas que je n'y crois plus mais je doute que le rêve d'un pays devienne aussi gros qu'il n'a été en 1995.

La défaite du Oui en Écosse est encore plus difficile à vivre étant donné que l'Écosse aurait été plus riche en étant indépendante. Le Québec a beaucoup de richesse mais c'est surtout sur le dos de la culture, de notre histoire et de notre langue que notre rêve d'indépendance "surf".

Jean-Martin Aussant avait réussi à vulgariser les impacts économiques d'une indépendance québécoise. Il apportait une autre facette de l'idée d'indépendance. Il misait sur un autre aspect, la richesse de notre futur pays. Le rêve est-il toujours possible? Personne ne m…

Poisson rouge : la controverse!

C'était la controverse aujourd'hui dans les nouvelles. Un homme a payé 200$ pour faire enlever une tumeur que son poisson rouge avait à la tête.




Au delà de ce qui pourrait sembler absurde, c'est la science qui est la plus grande gagnante dans cette opération. C'est la première fois que j'entendais parler de pouvoir opérer un poisson! Je savais l'existence de vétérinaire d'animaux exotiques (j'en ai déjà consulté un pour une tortue) mais opérer un poisson, j'ignorais que ça se faisait.


Personnellement, je doute que j'aurais fait opérer un poisson. J'aurais propablement attendu qu'il meure ou je ne sais pas quoi. Mais quand celui-ci vit avec vous depuis 10 ans, c'est bien normal que le propriétaire y tenais au point de débourser 200$. Pourquoi le juger? Eh bien, certains ont cru bon le faire sur les médias sociaux.


Lorsqu'on parle des soins apporter aux animaux, beaucoup de gens trouvent que les amoureux des animaux mettent trop de te…

Salut Capitaine!

Une fan de hockey comme moi et du Canadiens de Montréal, ça ne pouvait pas passer sous silence l'annonce de la retraite de Saku Koivu. Celui qui fut pendant 10 ans le capitaine des Canadiens a décidé de tirer sa révérence. Bien que les fans de Montréal était content de son départ, la grande majorité salut aujourd'hui l'athlète mais aussi l'homme qu'il était.

Tout le monde est d'accord pour dire que Koivu était un bon joueur qui n'est tout simplement pas tombé dans la bonne décennie pour le Canadien... En effet, la fin des années 90 et début 2000 ont été difficile pour nos Habitants. J'avais 14 ans quand Koivu a commencé avec les Canadiens. Il était fantastique et je me souviens très bien de la fierté d'avoir un aussi bon joueur. Il était d'ailleurs premier au chapitre des points lorsqu'une blessure sérieuse au genou lui fit rater le reste de la saison l'éliminant du même coup du championnat des pointeurs...


Il n'a plus été pareil je di…

L'indépendance... goût amer dans la bouche..

C'était en 2012. Nous étions en pleine campagne électorale. Le gouvernement Charest battait de l'aile dans les sondages et tout le monde voulait un changement d'air. Un parti commandé par François Legault, un ancien péquiste, prenait de l'ampleur dans les sondages. Cependant, le Parti Québécois semblait être le parti qui serait élu avec à sa tête la possible première Première ministre du Québec.

Mon côté indépendantiste allait inévitablement vers le Parti Québécois et j'étais très enflammée à l'idée de revoir ce parti au pouvoir après autant d'années de misère avec les libéraux. Cependant, le discours s'éloignait de celui que je voulais entendre. Il fallait qu'entre dans ma vie un certain démissionnaire du PQ (que j'avais critiqué d'ailleurs), Jean-Martin Aussant. En fondant Option Nationale, je l'avais beaucoup critiqué de diviser les indépendantistes. Cependant, force est d'admettre que le discours d'Option Nationale et de Jean-…

Le deuil de l'été...

Il faut commencer à s'y faire. Plus les jours avancent, plus l'été s'en va. Honnêtement, à part la beauté des couleurs, je n'aime pas particulièrement l'automne. Je préfère de loin l'hiver à l'automne car au moins, on connaît la température qu'il fera. L'automne, c'est comme le printemps mais à l'envers. Il commence à faire frais le matin, donc on s'habille chaudement pour aller travailler. Dans la journée, on regrette d'avoir mis nos jeans et le soir, on s'habillerais de nouveau chaudement. C'est le moment propice, comme le printemps, de "pogner" le rhume.


On commence à ranger nos équipements d'été. On range le gant de baseball et le vélo, on commence à penser à fermer la piscine et à couper les fleurs mortes depuis déjà plusieurs semaines. Fini le jardins car les gels au sol vont bientôt commencé.

Bonjour le pyjama en flanellette et la chaude douillette. Bonjour le petit feu de foyer un soir tranquille. Bonjour …

La hantise du support d'exposition : moment de fierté

J'ai eu dès le départ un intérêt marqué pour ce qui touchait la documentation. Cet aspect muséologique m'a donc spontanément intéressé. Documenter les objets d'une collection en les décrivant, les mettant à jour, les photographiant et leur attribuer un numéro d'accession (NAC), j'en mangeais.

Lorsque j'ai compris que la technique en muséologie comportait bien d'autres aspects que la documentation, j'ai vu cela comme un défi. Je n'ai jamais travaillé mon côté manuel outre quelques bricolages avec les enfants en Centre de la petite enfance.

Donc, vous ne serez pas surpris d'apprendre que j'en ai bavé lors des cours plus manuels où il fallait utiliser des outils. J'ai appris à la dure comment utiliser les différents outils et j'ai garni mes connaissances dans les matériaux et les façons de les utiliser. Je peux donc maintenant faire de petites rénovations ou constructions chez moi, ce qui n'est pas si mauvais!

Cependant, combien de fo…