Accéder au contenu principal

Et les éducatrices(teurs) là-dedans??

Quand je lis sur la saga des places fantômes en garderie et toutes les démarches que la ministre Charbonneau essaie de prendre pour régler le problème, j’ai le poil qui me hérisse sur les bras. Peu importe la solution offerte par la ministre, les grandes perdantes sont pour moi les éducatrices (et nos chers éducateurs).

Le domaine de l’éducation est de plus en plus difficile on le sait. C’est un domaine qui a je crois le plus haut taux d’épuisement professionnel. Professeur ou éducatrice, tous les domaines qui touchent a l’éducation, c’est rendu vraiment difficile de « dealer » emotivement avec la clientèle. Je suis éducatrice de formation et j’ai moi-même été victime d’un épuisement professionnel il y a quelques années. Les gens veulent que les éducateurs ou les professeurs donnent le meilleur d’eux-mêmes voir parfois plus. Apprendre à adapter nos interventions en fonction de chaque enfant, de chaque groupe, donner du temps a chacun, faire « régner » une discipline de groupe, tout ca, ce n’est pas toujours facile. C’est épuisant moralement.

Quand j’entends la ministre prétendre tout faire pour éliminer les places fantômes, moi je dis qu’elle cherche à la mauvaise place! Avez-vous pris le pouls des acteurs principaux dans les garderies : les éducateurs? Qu’est-ce qui coute le plus cher? Une place fantôme qui donne une chance a un parent d’avoir une place en garderie pour ces besoins ou bien des éducatrices épuisées, tombant les unes après les autres en épuisement professionnel?

Gérer un groupe ce n’est pas tous les jours faciles et avoir des absents parfois permet de souffler un peu tant pour l’éducatrice que les enfants eux-mêmes. Cela permet de faire des activités différentes que lorsqu’on est un groupe complet, permet des relations différentes entre l’enfant et l’éducatrice, il n’y a que du positif. Il ne faut pas tomber dans l’extrême non plus que j’ai déjà connu ou l’enfant venait 1 ou 2 fois pas deux semaines… la, ca rends la situation bien difficile pour l’enfant de suivre le groupe. Mais en général, si le parent a besoin que de 3-4 jours semaines de la garderie, moi je dis pourquoi pas?

Avant de vouloir bourrer les professeurs et éducateurs, il faudrait surtout vous poser la question, est-ce que le réseau répond bien à la demande? Si non, pourquoi avoir mis en pause 50 projets de nouvelles installations en CPE au Québec?


Avec le ministre Bolduc a l’éducation et la ministre Charbonneau a la famille…. Notre jeunesse est vraiment entre bonne main…. (Lire ton sarcastique).



Pour votre plaisir, une entrevue sur le sujet que la ministre Charbonneau a "essayer" de donner à Paul Arcand... ça fait aussi pitié que le ministre Bolduc...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

La recherche d'emploi

Voilà un titre poche. Sans âme et très simple. Un peu comme mon énergie et mon enthousiasme ces jours-ci.






Ce n'est un secret pour personne autour de moi, je cherche un nouvel emploi. Je suis épuisée d'être travailleur autonome avec un statut précaire. Depuis des mois, j'envoie des CV dans l'espoir de pouvoir poser pieds à terre, pour longtemps. 


Pourtant, pour la première fois de ma vie, je n'ai jamais eu autant de difficultés à trouver un emploi. Même les garderies, où j'ai presque 10 ans d'expérience, ne me rappelle pas. J'ai revu mon CV. Je l'ai fait changer par une connaissance ayant de l'expérience dans les ressources humaines. Rien.


En fait, ce n'est pas tout à fait vrai. J'ai bien reçu des appels. Cependant, les salaires ne me convenaient pas selon mon mode de vie. Parce qu'il est là le problème primaire, j'ai un mode de vie qui demande un certain salaire. Comment peut-on espérer trouver un emploi plus convenable quand la moy…