Accéder au contenu principal

Je suis Charlie ou abuser d’une tragédie?


Tout d’abord, mettons au clair une chose, je suis tout à fait pour la liberté d’expression. Même si parfois les opinions des uns peuvent affecter mes opinions et mon humeur, je considère qu’une société est beaucoup plus enrichissante avec des opinions différentes. J’adore discuter avec les gens qui n’ont pas la même opinion. Argumenter est aussi un de mes passe-temps favoris ce qui parfois peut amener ma blonde à considérer que je m’obstine beaucoup trop souvent. Cependant, argumenter et partager nos opinions parfois différentes fait parti de ce qu’on appel une discussion. Parfois, certaines personnes, dont moi, peuvent argumenter et tenir mordicus à leurs commentaires étant convaincue de leur véracité. Normalement, lorsque je ne m’obstine pas longtemps c’est que soit j’ai un doute dans mes informations ou dans la conviction de mon opinion. Avoir des opinions différentes ne devrait pas causer de situations conflictuelles.

Je m’égare un peu de mon sujet principal que j’aimerais aborder dans ce billet. En fait, je voulais surtout amener sur le sujet la liberté d’expression décriée partout. Il y a quelques mois, une tragédie frappait Charlie Hebdo en France. Tout le monde a alors adhérer a l’expression « Je suis Charlie » en soutient aux victimes et à la lutte pour la liberté d’expression. J’étais la première à trouver cet élan de soutient assez impressionnant.

Cependant, je commence à trouver que les gens utilisent un peu trop la tragédie pour défendre la liberté d’expression. Dès qu’il y a une critique envers une opinion, on entend souvent un « Je suis Charlie  quand ca nous tente ». Je suis désolée mais il y a une différence entre liberté d’expression et lynchage public ou opinions manquant totalement de respect (raciste par exemple).

A l’époque, il y avait un certain Jeff Fillion qui était très controversé à Québec. Il pouvait traiter n’importe qui de n’importe quoi, il y avait des fideles quand même a ses pieds à sortir dans les rues pour la liberté d’expression. Est-ce juste moi où avoir une opinion ne veut pas nécessairement pouvoir tout dire? Je parle surtout au niveau public. J’ai entendu dire sur un autre blog que M. Fillion aurait encoreété muselé dernièrement et on mentionnait de nouveau le « Je suis Charliequand ca me tente ».

Ca va faire! Je suis Charlie devrait cesser d’être utiliser pour défendre les gens qui vont trop loin. On peut être critique d’un propos tout en restant respectueux. On peut critiquer un propos sans faire museler quelqu’un. Utiliser « Je suis Charlie quand ca me tente » pour dénigrer ceux qui critique un propos tenu c’est rendre l’événement trop familier. Des gens sont morts dans cette histoire pour des dessins bénins. Si Chapleau dessinait une personnalité en train de se faire tuer ou je ne sais quelle autre cochonnerie, laisserions-nous le dessin se faire publier pour la liberté d’expression? Ou bien si une personne publie un texte dans un journal où le propos est d’une teneur ultra raciste ou antisémite, allons-nous laisser le texte publier pour la liberté d’expression sans rien dire? J’en doute!

Avec l’utilisation récurrente du « Je suis Charlie » pour chaque situation d’opinions critiquées, on est en train de banaliser l’événement qui est arrivé chez Charlie Hebdo d’après moi.


La liberté d’expression oui mais à quelle limite du défendable?


AJOUT : voilà qu'un mouvement d'appui contre le policier qui a lancer une blessée une manifestante hier utilise encore l'image Je suis... Trop c'est comme pas assez... 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Amenez-en des modèles

Je prends une pause de la correction de mon prochain roman afin de venir vous parler d'un sujet qui me tient à coeur: la présence de modèle LGBT dans l'actualité.

Je le dis souvent, lorsque j'étais adolescente, j'aurais donné n'importe quoi pour avoir des exemples de femmes homosexuelles. Pendant cette étape de ma vie où les questionnements et la négation étaient monnaie courante, j'aurais vraiment souhaité pouvoir m'identifier à quelqu'un.

Depuis ce temps pas si lointain (j'ai quand bien même juste 35 ans), les choses ont évolué énormément. Si on ne considère que le Québec, plusieurs personnalités féminines se sont dévoilées sur leur orientation sexuelle. Les Judith Lussier, Ariane Moffat, Debbie Linch-White et Marie-Andrée Labbée, voilà un bon nombre de femmes s'affichant et devenant par le fait même des modèles pour les jeunes adolescentes en questionnement. Enfin pouvoir mettre un visage sur ce que ressemble une femme homosexuelle : quelqu'…

C'est le temps d'accrocher mon couteau Olfa...

Se fut une belle aventure que c’est aventure là. Parsemée d’embûches et de sacrifices, de haut et de bas. Il y a 8 ans, je prenais la décision de tout lâcher et pour une fois, foncer dans un domaine qui m’intéressait. Un changement téméraire dont j’en suis sortie relativement chanceuse. Travaillant en muséologie depuis 5 ans (dont 4 ans et demi à la même place), j’ai décidé d’accrocher mon couteau Olfa (outil commun pour un TEM). Contractuelle depuis ma sortie de l’école, j’ai réussi à travailler jour après jour dans mon domaine, faisant des découvertes toutes aussi merveilleuses les unes après les autres. Les difficultés fiscales qu’un travailleur autonome peut rencontrer, mêlé à l’instabilité de ma carrière auront eu raison de ma détermination.


Il est maintenant temps pour moi de penser un peu à mon mental et au futur que je souhaite plus stable. J’ai découvert que je n’avais tout simplement pas l’étoffe ambitieuse de me battre dans cette marre contingentée des techniciens en muséolo…