Accéder au contenu principal

La dictature du bonheur


J’écoutais ce matin, comme tous les matins, Paul Arcand et lors de son entrevue de fin d’émission, il y avait une chroniqueuse qui a écrit le livre « La dictature du bonheur ». Ce livre parle en quelque sorte de la mode de la pensée magique et du positif comme remède aux maux de la vie. On mentionne pendant l’entrevue qu’il y a de l’exagération parfois sur la pensée positive et que celle-ci est pris souvent comme solution pour soigner une maladie. Chaque temps dans l’histoire a sa mode. La mode du bonheur semble prendre de plus en plus de place. C’est vrai que c’est bien d’être heureux et souriant mais de se sentir parfois fatiguée, démoralisée ou déstabilisée ne devrait pas être pris comme une culpabilité.

Je me suis mise à réfléchir sur ce genre de pensées dans ma vie. Il est vrai que lors de plusieurs ruptures amoureuses, alors que j’étais démolie et surtout atteint droit sur ma confiance, j’ai sombré dans les pensées dévastatrices envers moi-même. Je ne me trouvais pas assez bien, assez belle. Je me trouvais plein de raison pourquoi je ne pouvais pas être aimée à ma juste valeur. Tout ce que je voulais c’était de disparaitre.

Il est évident que de penser constamment négativement amène les pensées négatives à rester. Est-ce que je crois que les formations sur la croissance personnelle peuvent aider? Pas nécessairement. Cependant, lorsqu’on est pris dans les pensées noires comme j’avais, on a besoin parfois d’un petit coup de pouce pour nous faire voir que ce n’est pas notre faute ce qui arrive. Est-ce que je crois que les pensées positives peuvent guérir le cancer? Non! Mais elles peuvent sans doute aider à mieux vivre une telle situation.

Dans la vie, tout n’est pas rose. Devenir adulte apporte un lot de pensées stressantes et négatives. Est-ce que j’en ai encore aujourd’hui? Oui! Cependant, j’essaie de les diminuer en prenant chaque pensée, chaque problème,  un par un, de les analyser et d’essayer de régler ce qui cause ces pensées noires.

On entend tous les mêmes choses lors de moments plus difficile, des phrases typiques que les gens nous lancent pour qu’on essaie de voir les choses plus positivement :


·         1 de perdu, 10 de retrouvées : Non. Au moment où on vit une rupture, ce n’est vraiment pas le genre de dicton qu’on a le gout d’entendre. On est aveuglé bien plus par l’image de la personne perdu que par les 10 autres qu’on pourrait trouver.


·         Y’arrive rien pour rien : Le destin. Oui, la vie est supposément destinée. Je trouve que c’est une pensée simple pour diminuer les déceptions ou trouver une explication inexplicable à une situation. Mais elle ne donne aucune réponse. C’est comme dire « Il t’arrive X mais pour pas te stresser dit-toi qu’il n’y a tout simplement aucune explication et passe a autre chose. »


·         Qui ne risque rien, n’a rien : C’est le genre de phrase qu’on te lance quand tu viens de te « péter » la gueule dans un projet. Parfois risquer des choses est de la pure folie et voué a un échec en partant. Oui, il faut être positif dans un projet mais il faut être préparé et réaliste. On a beau avoir une pensée positive pour la réussite de notre projet si celui-ci est irréaliste, il ne faut pas non plus se leurrer, les pensées les plus positives ne feront pas réussir le projet.


La pensée positive c’est bien pour le moral. Il est évident que si je broie le noir et que je n’essaie pas de me changer les idées, les chances de rester démoralisé de la vie sont énormes. Est-ce que je crois que la pensée positive peut rendre ma vie plus harmonieuse et joyeuse? Effectivement. Cependant, je ne crois pas que les pensées positives peuvent guérir des maladies par exemple.


Bref, essayer de voir les bons cotés des choses c’est bien pour le mental mais il ne faut pas devenir aveugle de la réalité non plus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Je suis migraineuse

J'ai eu une migraine hier.
J'ai de la difficulté à expliquer pourquoi j'en fais, mais je sais que lorsque j'en subis une, ma journée est une perte totale. 
Cela commence par une douleur ressentie d'un seul côté de la tête. Parfois à gauche, parfois à droite, ça varie chaque fois et elle est localisée près d'un oeil. Une douleur intense me donnant comme des pulsations sur les tempes. Parfois, j'ai tellement mal que j'ai envie de me donner des coups de poing à la tête afin de tenter de diminuer la douleur. La migraine me donne aussi mal au cou et parfois, j'ai l'impression que seul un massage de cette région peut me soulager.
Alors, je prends des Tylénols, parfois des Advils, afin de tempérer ma douleur. Ça ne marche pas toutes les fois, eh oui, j'abuse des analgésiques. Quand j'ai mal, je ne m'endure plus. C'est inévitable, lorsque j'ai une migraine, je ne suis plus fonctionnelle. Je suis de celles qui n'arrivent plus à fonct…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…