Accéder au contenu principal

C'est dans l'adversité qu'on reconnait les vrais leaders..

C’est mon deuxième été dans la ligue de balle-molle où je joue. L’an passé, j’étais nouvelle, je ne faisais pas trop de bruit. Notre équipe était vraiment mauvaise ou du moins mal balancée (une fille hautement cotée s’est blessée et on a eu comme remplaçante une fille qui avait la plus basse cote…) et surtout avec des gens ayant une attitude négative. On a perdu 90% de nos parties et majoritairement par de gros écarts comme des 15 a 3 et même en série, nous perdions un moment donné 30 a 1…. C'est lors de cette partie que j’ai dit, c’est assez. Je me souviens, de ma position de catcher, je voyais les filles nonchalantes et des erreurs de concentration. La partie était hors de portée mais j’ai demandé un temps d’arrêt et les larmes a l’œil (oui je suis émotive, je reste une fille lol), j’ai demandé aux filles un peu d’honneur que perdre 30 a 1, c’était déjà assez humiliant que ca serait intéressant de finir en force.

J’avais terminé l’année avec un gout amer mais je me faisais demander par  certaines de devenir capitaines cette année… J’ai donc pris l’initiative de demander d’être capitaine avec une de mes coéquipières avec qui je m’entendais bien et que je sentais qu’on avait la même vision, la même attitude. Je suis donc capitaine cette année d’une équipe. La formation des équipes se passent par repêchage.  Nous avons fait des choix surtout émotifs en tenant compte des filles avec qui nous avions joué au hockey pendant l’hiver. Se ne sont pas toutes des filles avec de grosses cotes mais avec une attitude compétitive et positive malgré la défaite. Nous avons aussi fait des choix moins évidents de nouvelles que nous ne savions pas du tout ce que ca donnerais. Avec l’un de nos derniers choix, nous avons choisi une fille avec une bonne cote que personne ne prenait malgré sa force… L’équilibre de l’équipe est parfait et notre chimie est magique. En plus, nous gagnons. Mais cette forte chimie et force de frappe ne fait pas que des heureux…

Si l’an passé, malgré les massacres auxquelles nous faisions face, il n’y a eu aucun échange pour essayer de nous donner une petite chance d’être compétitive, cette année, l’équipe qui ne gagne pas voudrait avoir la lune. Elles ont perdu avant même le début de l’année leur joueuse #1 appelée par le travail et perdront une autre joueuse bien cotes en juillet aussi pour le travail. Il est vrai que dans de telles conditions, il est normal qu’on essaie de trouver une solution pour équilibrer le tout. Au départ, on avait procédé à contre cœur à un échange. Ensuite, une fille de notre équipe (notre 10) a trouvé une amie de sa ligue qui serait prête à jouer. Donc, on réglait leur problème de cote 10 et en plus, la fille joue au champ. On réglait donc leur problème de cote mais aussi de besoin soit le champ. Bien qu’il est préférable de trouver quelqu’un pouvant remplacer leur catcher qui va quitter en juillet, cela nous donne au moins jusqu’en juillet pour trouver une solution.

La où j’ai de la difficulté avec le processus c’est que même si on leur a trouver une 10, elles ont trouvé le moyens de se plaindre comme quoi elles ne peuvent pas dire si la fille est bonne ou non après un match… elle a eu un triple… je crois que c’est pas si pire… pour une première partie… et au champ, les balles qu’on a frappées dans son coin étaient juste trop bien placées, faut pas capoter pour une partie. Voila pourquoi je parle d’attitude. La nouvelle est arrivée rapidement c’est vrai mais les deux coachs ne sont même pas allées la voir après la partie prétextant qu’elles rangeaient les casques et bâtons. Et la, parce qu’elles ont perdu leur 4 premières parties de l’année, elle capote au point de devenir pessimiste et virer la situation en catastrophe! Si on prend juste la partie de hier, on a gagné que par 3 points et la partie a été serrée jusqu'à la dernière manche.

Être coach et leader, ça demande beaucoup d’efforts pour motiver ses troupes. Le but d’un leader c’est de voir les points positifs et non de taper sur les gens avec les négatifs. C’est de voir à donner des trucs, améliorer les choses, changer des tactiques. Être un coach et leader ce n’est pas juste faire un line up et that’s it…

L’an dernier, l’équipe dans laquelle elles étaient gagnait tout et plantait presque tout le monde… elles voient l’envers de la médaille.



N’est-ce pas à ce moment où l’on dit que « C’est dans l’adversité qu’on reconnait les vrais leader? »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

La recherche d'emploi

Voilà un titre poche. Sans âme et très simple. Un peu comme mon énergie et mon enthousiasme ces jours-ci.






Ce n'est un secret pour personne autour de moi, je cherche un nouvel emploi. Je suis épuisée d'être travailleur autonome avec un statut précaire. Depuis des mois, j'envoie des CV dans l'espoir de pouvoir poser pieds à terre, pour longtemps. 


Pourtant, pour la première fois de ma vie, je n'ai jamais eu autant de difficultés à trouver un emploi. Même les garderies, où j'ai presque 10 ans d'expérience, ne me rappelle pas. J'ai revu mon CV. Je l'ai fait changer par une connaissance ayant de l'expérience dans les ressources humaines. Rien.


En fait, ce n'est pas tout à fait vrai. J'ai bien reçu des appels. Cependant, les salaires ne me convenaient pas selon mon mode de vie. Parce qu'il est là le problème primaire, j'ai un mode de vie qui demande un certain salaire. Comment peut-on espérer trouver un emploi plus convenable quand la moy…