Accéder au contenu principal

Animaux VS CHSLD

Bianca Longpré, ca vous dit quelque chose? Outre le fait que c’est la femme de François Massicotte, elle est l’auteur du texte qui a fait un tel scandale dans les médias récemment « T’as pas d’enfants, tu m’en dois une. » Malgré la controverse associée à ce texte, Mme Longpre continue d’écrire et elle a récidivé. Son plus récent texte «  La SPCA ne voulait pas de magrand-mère » passera sans doute plus inaperçu que le précédent mais il ne passera pas invisible aux yeux des défenseurs des animaux.

Je vous invite à lire le texte tout d’abord pour vous faire votre propre idée. La base du texte est censée et bien dit. Les soins donnés aux aînés devraient être mieux et je ne conteste pas du tout ses affirmations émises dans son texte. Là où mon cerveau a titillé c’est lorsque Mme Longpré mentionne avoir visité un refuge. Elle y mentionne que « les chiens font des promenades. Il y a des donateurs pour la nourriture. » Elle mentionne qu’il y a des bénévoles autant chez les vétérinaires ou le public en général et des soupers bénéfices. Elle termine avec un beau : « L’empathie, on l’a pour les animaux. C’est beau à voir. »

Je ne comprends toujours pas pourquoi les gens, pour trouver une raison des malheurs de la société, remettent toujours ces derniers sur le dos des animaux?  Le Québec a décidé comme projet de société de payer ses programmes sociaux avec ses impôts. Les animaux n’ont pas cette chance et encore là, ils viennent à peine de voir leurs droits améliorés en étant considérés comme des êtres vivant au lieu des meubles. Il est facile de blâmer les animaux quand quelque chose ne va pas bien. Qui a salit le divan? Le chien! Qui a mangé mon lunch sur la table? Le chien! Qui fait en sorte que nos aînés ont des conditions très discutables dans les CHSLD? Le chat! Toujours les animaux. Comme si les problèmes de la vie étaient de leur faute!

Mme Longpré, que vous critiquiez la gestion gouvernementale des soins de nos aînés est tout à fait louable et tout le monde devrait le faire mais de comparer la situation de ces derniers avec les animaux, c’est un pas que je ne franchirais pas.

Même si vous avez trouvé le refuge que vous avez visité propre et accueillant, savez vous que la plupart des animaux qui y entre n’en sortiront jamais?  Les animaux mis en adoption ne sont que la pointe de l’iceberg! Plusieurs d’entre eux n’auront pas la chance de respirer la propreté et de faire de jolies promenades. Pourquoi? Parce qu’il y en a trop! Trop d’abandon à chaque année, trop de gens qui ne stérilise pas leur animal, trop, trop, trop. Donc, le choix qui reste pour les refuges est la mise à mort de millier d’animaux pour pouvoir donner la chance à une poignée d’entre eux d’avoir une nouvelle chance! Oui, les refuges peuvent recevoir quelques subventions très subjectives pour le fonctionnement mais ils fonctionnent majoritairement par donation. Est-ce un drame que des gens fassent des dons de nourritures, de couverture ou autre chose pouvant aider le refuge à rendre la vie des rares chanceux plus agréable?

Vous mentionnez que l’ont va finir dans un endroit pire qu’un refuge pour chien. Vraiment? Nos aînés sont-ils mis a mort quand ils sont trop nombreux? Je ne parle pas de l’aide à mourir dans la dignité mais de mis a mort. Nos aînés sont-ils discriminés par leur apparence ou leur caractère facile pour éviter de mourir?

Je suis consternée à chacune des histoires malheureuses qui arrivent dans les CHSLD mais je le suis encore plus quand je vois quelqu’un comparer la situation avec les soins donnés aux animaux. J’ai lu plusieurs commentaires en dessous de votre texte de gens qui mentionnait que « même les vaches sont mieux traites. Si la vache d’un fermier est malade, c’est le vétérinaire qui se déplace [contrairement aux personnes âgées contraintes de se présenter à l’urgence]. Ce que votre comparaison fait c’est de mélanger le débat. Si mon chien est malade, JE dois débourser de ma poche l’argent nécessaire pour le faire soigner. Le gouvernement ne peut pas aider mon animal et si je n’ai pas les moyens de le soigner, quelles options reste-il à bas prix? L’euthanasie. Oui, parfois les gens souffrant veulent mourir dans la dignité pour abréger leurs souffrances mais l’animal qu’on pourrait sauver qui doit mourir faute d’argent, c’est mieux? Tant que les gouvernements ne feront pas le choix de mettre l’argent où il se doit, il y aura toujours des ratés. Ou payer de notre poche pour de meilleurs soins pour nos parents et grands-parents.

En conclusion, si vous pensez que la société a plus d’empathie pour les animaux, c’est que vous ne connaissez pas votre sujet ou que vous n’avez pas fait de recherches approfondies. Si la société était aussi empathique envers les animaux, le Québec ne serait pas le champion des abandons et les cas de cruauté envers les animaux n’existeraient pas. Les refuges n’accueillent pas seulement de vieux animaux mais surtout des animaux dans la fleur de l’âge voir bébé et ils sont pour la grande majorité condamné à mourir sans dignité, mis à mort car trop nombreux. Est-ce que j’aimerais finir ma vie dans un refuge pour animaux juste parce que ca sent bon? C’est vouloir se contenter de peu…


P.S. En écrivant se texte, je ne veux en aucun cas diminuer les besoins criants que les personnes âgées subissent dans les CHSLD. Il y a des ratés que le gouvernement devrait effectivement s’occuper!


P.S. Mme Longpré n’a pas écrit un texte complet sur la comparaison entre les CHSLD et les refuges mais puisqu’elle a tendu une petite perche j’en ai profité pour faire ce texte d’opinion.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Amenez-en des modèles

Je prends une pause de la correction de mon prochain roman afin de venir vous parler d'un sujet qui me tient à coeur: la présence de modèle LGBT dans l'actualité.

Je le dis souvent, lorsque j'étais adolescente, j'aurais donné n'importe quoi pour avoir des exemples de femmes homosexuelles. Pendant cette étape de ma vie où les questionnements et la négation étaient monnaie courante, j'aurais vraiment souhaité pouvoir m'identifier à quelqu'un.

Depuis ce temps pas si lointain (j'ai quand bien même juste 35 ans), les choses ont évolué énormément. Si on ne considère que le Québec, plusieurs personnalités féminines se sont dévoilées sur leur orientation sexuelle. Les Judith Lussier, Ariane Moffat, Debbie Linch-White et Marie-Andrée Labbée, voilà un bon nombre de femmes s'affichant et devenant par le fait même des modèles pour les jeunes adolescentes en questionnement. Enfin pouvoir mettre un visage sur ce que ressemble une femme homosexuelle : quelqu'…

C'est le temps d'accrocher mon couteau Olfa...

Se fut une belle aventure que c’est aventure là. Parsemée d’embûches et de sacrifices, de haut et de bas. Il y a 8 ans, je prenais la décision de tout lâcher et pour une fois, foncer dans un domaine qui m’intéressait. Un changement téméraire dont j’en suis sortie relativement chanceuse. Travaillant en muséologie depuis 5 ans (dont 4 ans et demi à la même place), j’ai décidé d’accrocher mon couteau Olfa (outil commun pour un TEM). Contractuelle depuis ma sortie de l’école, j’ai réussi à travailler jour après jour dans mon domaine, faisant des découvertes toutes aussi merveilleuses les unes après les autres. Les difficultés fiscales qu’un travailleur autonome peut rencontrer, mêlé à l’instabilité de ma carrière auront eu raison de ma détermination.


Il est maintenant temps pour moi de penser un peu à mon mental et au futur que je souhaite plus stable. J’ai découvert que je n’avais tout simplement pas l’étoffe ambitieuse de me battre dans cette marre contingentée des techniciens en muséolo…