Accéder au contenu principal

Épargner et travailleur autonome = possible?

Depuis quelques semaines, une publicité à la télévision circule. Elle met en scène un homme qui célèbre sa retraite avec les collègues de travail. Ces derniers lui offrent une belle grosse montre où il est écrit bonne retraite à l’arrière. On voit l’homme revenir chez lui, piteux, seul. Pour finalement le voir aller revendre la montre dans un « Pawn Shop » parce qu’il a de la misère à joindre les deux bouts. D’ailleurs, le slogan de la publicité c’est justement cela. Après avoir travaillé tant d’années, on ne devrait pas avoir de la difficulté à joindre les deux bouts.

Cette publicité m’a touché droit au cœur surtout par mon statut de travailleur autonome. Je n’ai que 33 ans. Certains diront que c’est jeune mais cela se fait tard quand même pour cotiser pour mes vieux jours. Je n’ai pas été atteinte par ce devoir de cotiser pour pouvoir « bien » vivre plus tard que depuis que je suis travailleur autonome ces deux dernières années. Avant cela, je profitais de la vie, je dépensais… d’ailleurs, avec l’achat de la maison, je n’ai jamais été aussi conscientisé aux attentions que je dois faire concernant mon argent et le crédit qui est facile à avoir dans la vie.

J’ai vécu un épisode dans ma vingtaine où j’ai du faire une consolidation de dette. J’avais tellement de trucs partout que je n’arrivais pas à m’y retrouver. C’était si facile avoir une carte de crédit. Je n’avais pas conscience qu’à chaque fois que quelqu’un regardais mon crédit, cela pouvait l’affecter. Non, je voulais la MasterCard avec le signe du Canadiens de Montréal au Centre Bell, j’ai rempli le papier et paf, j’avais une carte de crédit de plus… On était enseveli par la facilité d’avoir du crédit. On recevait des publicités où on nous montrait la facilité d’acheter tout ce qu’on voulait. On ne nous expliquait pas cependant les risques associés à ce crédit. J’étais de celles qui se sont laissé tenter et je m’en suis brûlée les doigts. Heureusement, j’ai pris mes responsabilité et j’ai payé mon du…

Ce qui me ramène à l’idée de cotisation pour mes vieux jours. Avant l’an passé, je n’avais que 200$ de REER placé il y a plusieurs années pour sauver quelques cennes d’impôt. J’étais loin de me douter que je passerais presque 10 ans sans cotiser de nouveau. Ce n’est pas les recommandations de mes parents et beaux-parents qui ont manqué. C’est tellement facile de dire oui oui et de passer son chemin pour éviter de discuter. C’est devant la réalité que tu te rends compte des faits. Je n’ai rien pour mes vieux jours! Ce n’est pas que je ne pourrais pas. Je dois gérer l’argent que je reçois pour mes impôts, je peux en mettre dans des REER pour ainsi en sauvé. Pourquoi je ne le faisais pas? C’est une question d’habitude et de discipline je suppose. Gérer moi-même mon argent pour mes impôts c’est un défi à tous les mois car je vois l’argent que je mets de côtés…


Plusieurs solutions s’offre à moi et je vais d’ailleurs discuter avec mon conseiller financier prochainement pour trouver la meilleure approche. Car c’est maintenant ou jamais de cotiser pour mes vieux jours si je veux avoir une vie décente. J’ai beau avoir une copine qui a une excellente job avec fond de pension et qui cotise à un REER depuis des années, je dois prévoir mes vieux jours quand même. On ne sait jamais ce que la vie nous réserve. Mieux vaut tard que jamais diront certains. Vieillir amène la sagesse parfois…. ;)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

Amenez-en des modèles : mise à jour!

Le 24 février dernier, j'écrivais un article sur les modèles de plus en plus nombreux de couples lesbiens dans les séries télévisées.  J'avais envie de faire une petite mise à jour de la liste que j'avais mentionnée. Seule #Vanity et #Kana ont survécu à ces derniers huit mois.. les autres ayant vu leur série annulée ou se terminer ne reviendront pas dans la liste actuelle. #Sanvers s'en sort légèrement, plus par espoir que par réalité.. vous verrez.


#KANA


Diminutif de Kate et Rana, ce couple du soap britannique Coronation Street a vécu une année rock'n Rolls. En effet, la découverte de ses sentiments envers Kate n'a pas été de tout repos pour la pauvre Rana. De culture musulmane, nous avons suivi avec souvent beaucoup de tristesse et de frustration la dure réalité d'aimer une personne du même sexe pour des croyants religieux (ici musulman). Mêlé au suicide du frère de Kate, la mort du père à Rana et le divorce de celle-ci avec son mari a rendu l'histoire …