Accéder au contenu principal

Souhaiter le salaire minimum à tout le monde... la solution?

En 2011, j’ai assisté pour la première fois consciemment à un conflit de travail. Quand j’étais jeune, j’ai déjà vu mon père être mis en lock-out pendant des mois à son travail mais je n’avais pas conscience des répercussions sur notre vie. Lors du dernier conflit de Postes Canada, j’ai vu pour la première fois ce qui arrive lorsqu’un lock-out est déclenché. Je ne travaille pas à la Poste mais j’ai eu des répercussions quand même ayant comme conjointe une travailleuse des postes.

Pour vous remettre en mémoire la situation, en 2011, le syndicat avait eu un mandat de grève comme cette année. Il avait été décidé que la grève se ferait de façon tournante pour NE PAS NUIRE À LA POPULATION. Cependant, ma copine, qui travaillait de nuit à ce moment là, est arrivée un soir au travail et les portes avaient été barrées. Le Lock-out avait été déclenché! Postes Canada avait décidé d’utiliser leur pouvoir pour arriver à leur fin. En plus d’avoir réussi à imposer une convention collective sans négociation, ils ont réussi à faire croire que le conflit était une grève! Tout le monde que je connaissais pensait que c’était le cas alors que c’était un LOCK OUT! Le syndicat a tout fait pour ne pas nuire à la population et continuer les négociations et l’entreprise a décidé de planter dans la gorge des employés un lock out et une convention non négociée!

Aujourd’hui, un nouveau conflit de travail plane sur l’entreprise. Encore une fois, les médias véhiculent une image négative des employés en parlant de grève. J’ai réussi à faire changer le titre d’article à La Presse et le communiqué de la ville de Terrebonne pour globaliser le débat en mentionnant qu’un lock out est beaucoup plus plausible qu’une grève et que de cibler un parti faisait en sorte de polariser le débat. Déjà, les commentaires fusent de partout sur les médias sociaux et tous (ou presque) vont contre les employés! Peu de gens mentionnent les bonis et les salaires exorbitants des gestionnaires! Non, on critique le salaire (encore) des employés par exemple! On critique les demandes syndicales comme on critiquait les chauffeurs d’autobus, les policiers et les pompiers. Les gens sont fixés sur les salaires et en critiques jalousement leur raison d'être! Au lieu d’aller voir plus loin, de s’informer, les gens ne voient que ce qu’ils n’ont pas.

On souhaite alors que les employés des postes finissent au salaire minimum pour qu’ils arrêtent de se plaindre. Qui peut vraiment souhaiter que la population vive au seuil de la pauvreté? Comment peut-on avoir une vision aussi anémique d’une économie d’un pays? Par jalousie, on critique ce que les autres ont au lieu de foncer pour arriver au même stade!  Comment peut-on souhaiter de voir des entreprises fermer et mettre à la porte des milliers de gens qui font vivre l’économie du pays? Postes Canada, Bombardier, la STM ou tout autre entreprise ont des bons salaires, oui! Mais on ne peut pas avoir une société forte en ayant que des emplois au salaire minimum…

Je ne suis pas une employée des Postes mais j’encourage ces derniers à se tenir debout pour ne pas perdre tout ce qu’ils ont mis des années à acquérir. Je n’ai jamais été syndiqué de ma vie et je n’ai jamais eu les avantages qui viennent avec. J’aurais souvent voulu avoir cette protection et ces avantages, je n’en ai pourtant jamais été jalouse! 


Arrêtons d’être un petit peuple souhaitant le moins de succès possible aux autres. On est jaloux du succès des autres… Voir allergique! Voyons-nous comme un grand peuple et bataillons aux côtés des employés au lieu de les rabaisser. 

Notre pays en sortira gagnant!

Commentaires

  1. Je suis sans mots
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Intéressant de lire la version de quelqu'un qui l'a vécu via sa conjointe. Bon texte!

    RépondreSupprimer
  3. Wow ! Très bon texte ! De la part d'un facteur ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beau commentaire venant d un superviseur!!!

      Supprimer
  4. Très beau texte merci pour appui xxx

    RépondreSupprimer
  5. Merci tout le monde! J'essaie juste de faire passer le message qu'il est temps que le monde arrête de chialer contre ceux qui font des bons salaires... L'économie ne peut pas être viable avec seulement des salaires minimums!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Je suis migraineuse

J'ai eu une migraine hier.
J'ai de la difficulté à expliquer pourquoi j'en fais, mais je sais que lorsque j'en subis une, ma journée est une perte totale. 
Cela commence par une douleur ressentie d'un seul côté de la tête. Parfois à gauche, parfois à droite, ça varie chaque fois et elle est localisée près d'un oeil. Une douleur intense me donnant comme des pulsations sur les tempes. Parfois, j'ai tellement mal que j'ai envie de me donner des coups de poing à la tête afin de tenter de diminuer la douleur. La migraine me donne aussi mal au cou et parfois, j'ai l'impression que seul un massage de cette région peut me soulager.
Alors, je prends des Tylénols, parfois des Advils, afin de tempérer ma douleur. Ça ne marche pas toutes les fois, eh oui, j'abuse des analgésiques. Quand j'ai mal, je ne m'endure plus. C'est inévitable, lorsque j'ai une migraine, je ne suis plus fonctionnelle. Je suis de celles qui n'arrivent plus à fonct…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…