Accéder au contenu principal

Qu'est-il arrivé à mon défilé?


 


J’ai assisté au défilé de la fierté gaie à Montréal, dimanche passé, pour la première fois depuis 6 ans. Je suis tombée par terre de voir ce qu’il était devenu. Au lieu de festoyer comme j’aurais du le faire, j’ai plutôt trouvé le défilé très long et ennuyeux. Il était loin de ce qu’il était auparavant. Je l’ai trouvé très politisé et ça m’a ennuyé.


Politiser le défilé?

Je n’ai rien contre la présence des politiciens. D’ailleurs, c’est toujours important de voir les politiciens, ceux qui font que nos droits sont de mieux en mieux reconnus, faire un cortège dans ce défilé. C’était significatif de voir pour la première fois un premier ministre fédéral marcher dans le défilé! Où je décroche c’est de voir par la suite une panoplie de délégation de différent parti politique prendre la place et plus d’attention que des organismes et regroupement aidant les homosexuels. Parti libéral du Canada, Parti Québécois, Parti vert, NPD, OUT! Déjà qu’on a vos chefs en cortège avons-vous besoin de voir vos publicités déguisées dans la démonstration de votre supposé amour et respect des gais (es)? Déjà là, on aurait diminué un peu le temps du défilé, on aurait été gagnant. Admettons que faire les 3 minutes de silence en hommage aux victimes d’Orlando devant la délégation du Parti Libéral du Canada… J’aurais préféré tomber sur un organisme dont la mission première est de servir la population homosexuelle. Je comprends que la politique nous a permis de faire des avancées à plusieurs niveaux mais je trouve qu’elle prenait un peu trop de place dans le notre défilé…  Pourquoi ne pas avoir inclus tout plein d’organismes comme des associations d’étudiants (es) gais (es)? Des organismes de régions? Pourquoi s’arrêter à Montréal? L’homosexualité touche tout le monde… partout au Québec!



Et les syndicats?

Si je déplore la trop grande présence du politique dans le défilé, qu’en est-il des syndicats? Encore là, je ne comprends pas ce qu’ils faisaient là! Je comprends que les syndicats sont unis avec nous, etc. mais ils n’avaient pas d’affaire là! Que font-ils en particulier pour les homosexuels? S’il y avait eu « L’association des gais et lesbiennes du Vieux-Port » par exemple, ça l’aurait été différent…  S’introduire dans un défilé qui se veut festif et qui normalement devrait faire connaitre les différents organismes aidant les homosexuel, les syndicats avaient-ils leur place là?


Où est le festif?

Il y a 6 ans, il y avait une tonne de char festif avec de la musique. Il y avait plein de gens qui dansait, il y avait beaucoup d’ambiance. Cette année, j’ai trouvé que ça tombait à plat. Il n’y avait pas d’ambiance autour de nous et le défilé manquait de punch. Oui il y a bien eu des moments intéressants mais lorsqu’un moment donné, il y avait de grands espaces entre chacun des groupes… on a commencé à faire courir le monde!!! Allo l’élégance et l’intérêt du spectateur.  On assistait à un spectacle où on poussait les gens à aller plus vite. C’est un peu comme si on disait à Céline Dion de faire juste 2-3 chansons parce que ca va être trop long sinon… Comment péter un spectacle…

Les espaces entre les groupes n’auraient-ils pas été moins gros s’il y avait eu moins de groupe? Pendant mes années à faire de la démystification dans les écoles avec le GRIS-Québec et GRIS-Montréal, je défendais le défilé festif et coloré comme un moment de fierté et de festivité pour être nous-même. Je n’ai rien contre la présence dans le défilé de groupe moins « festifs » (musique et danse) comme des organismes oeuvrant dans la communauté car c’est la base du défilé… mais pourquoi la politique occupait-elle autant la place?



Moment fort

Le moment fort pour moi restera le moment de silence de 3 minutes que nous avons fait. 3 minutes de silence pour une foule dans le Centre-ville de Montréal c’était assez fort comme message!


En conclusion, je ne sais pas si je vais retourner l’an prochain. Ma copine voudrait participer au défilé avec son syndicat mais à voir mon opinion et combien ils étaient lors du présent défilé (4), je ne sais pas si j’ai vraiment le goût. Je ne suis plus à la même place qu’à l’époque dans mon cheminement où le défilé était très important. Je n’ai plus besoin du défilé pour me sentir fière et bien dans ma peau. Je n’ai plus besoin du défilé pour m’afficher ouvertement. Cependant, je crois que le défilé est encore important pour plusieurs personnes qui sont dans un cheminement plus précoce… mais encore faut-il que le défilé reste un défilé de la fierté gaie et non un défilé d’opportunisme politique et syndical! Quand la vedette du défilé c'est Justin Trudeau..... misère.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Amenez-en des modèles

Je prends une pause de la correction de mon prochain roman afin de venir vous parler d'un sujet qui me tient à coeur: la présence de modèle LGBT dans l'actualité.

Je le dis souvent, lorsque j'étais adolescente, j'aurais donné n'importe quoi pour avoir des exemples de femmes homosexuelles. Pendant cette étape de ma vie où les questionnements et la négation étaient monnaie courante, j'aurais vraiment souhaité pouvoir m'identifier à quelqu'un.

Depuis ce temps pas si lointain (j'ai quand bien même juste 35 ans), les choses ont évolué énormément. Si on ne considère que le Québec, plusieurs personnalités féminines se sont dévoilées sur leur orientation sexuelle. Les Judith Lussier, Ariane Moffat, Debbie Linch-White et Marie-Andrée Labbée, voilà un bon nombre de femmes s'affichant et devenant par le fait même des modèles pour les jeunes adolescentes en questionnement. Enfin pouvoir mettre un visage sur ce que ressemble une femme homosexuelle : quelqu'…

C'est le temps d'accrocher mon couteau Olfa...

Se fut une belle aventure que c’est aventure là. Parsemée d’embûches et de sacrifices, de haut et de bas. Il y a 8 ans, je prenais la décision de tout lâcher et pour une fois, foncer dans un domaine qui m’intéressait. Un changement téméraire dont j’en suis sortie relativement chanceuse. Travaillant en muséologie depuis 5 ans (dont 4 ans et demi à la même place), j’ai décidé d’accrocher mon couteau Olfa (outil commun pour un TEM). Contractuelle depuis ma sortie de l’école, j’ai réussi à travailler jour après jour dans mon domaine, faisant des découvertes toutes aussi merveilleuses les unes après les autres. Les difficultés fiscales qu’un travailleur autonome peut rencontrer, mêlé à l’instabilité de ma carrière auront eu raison de ma détermination.


Il est maintenant temps pour moi de penser un peu à mon mental et au futur que je souhaite plus stable. J’ai découvert que je n’avais tout simplement pas l’étoffe ambitieuse de me battre dans cette marre contingentée des techniciens en muséolo…