Accéder au contenu principal

Ça arrive même chez les homosexuels…. et ça réveille les homophobes.



En ouvrant mon cellulaire ce matin, j’ai vu la même nouvelle que tout le monde. Les allégations d’inconduites sexuelles envers Éric Salvail secouaient le Québec. Selon les premières réactions, il semblerait que le tout était un secret de polichinelle.

Loin de moi l'idée de porter un jugement sur les événements. Mais alors que la nouvelle venait de sortir, les premiers commentaires homophobes ont suivi de près. Tout le Québec sait que M. Salvail est gai, mais de là à commencer à sortir des propos homophobes pour expliquer ses actions, il y a une marge. Prétendre que M. Salvail (et ramener le cas Joël Legendre) a eu des inconduites sexuelles parce qu’il est homosexuel, c’est de mettre tout le monde dans le même panier. C'est comme dire que TOUS les pitbulls sont dangereux...

Au-delà de l’amalgame fait entre les pratiques sexuelles et l’homosexualité, il y a les propos purement homophobes sur les médias sociaux. Ces mêmes propos que des organismes comme le GRIS-Montréal tentent de démystifier dans les écoles. Fif, tapette, pédé et j’en passe. Lorsqu'un homme est accusés d'inconduites sexuelles envers une femme, on le condamne, mais immédiatement, les "autres" hommes passent le message de ne pas mettre tous les hommes dans le même panier. Cependant, lorsque cela implique un homosexuel, là, on se laisse aller dans les propos. Les gens, cachés derrière leur écran, se permettent de sortir les termes mentionnés plus haut pour parler de la saga Salvail. Voilà pourquoi il faut parler de l'homophobie et continuer la démystification.


Je n’excuse pas les gestes présumés faits par Salvail, mais peut-on faire une distinction entre les gens et l’orientation sexuelle ? 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Je suis migraineuse

J'ai eu une migraine hier.
J'ai de la difficulté à expliquer pourquoi j'en fais, mais je sais que lorsque j'en subis une, ma journée est une perte totale. 
Cela commence par une douleur ressentie d'un seul côté de la tête. Parfois à gauche, parfois à droite, ça varie chaque fois et elle est localisée près d'un oeil. Une douleur intense me donnant comme des pulsations sur les tempes. Parfois, j'ai tellement mal que j'ai envie de me donner des coups de poing à la tête afin de tenter de diminuer la douleur. La migraine me donne aussi mal au cou et parfois, j'ai l'impression que seul un massage de cette région peut me soulager.
Alors, je prends des Tylénols, parfois des Advils, afin de tempérer ma douleur. Ça ne marche pas toutes les fois, eh oui, j'abuse des analgésiques. Quand j'ai mal, je ne m'endure plus. C'est inévitable, lorsque j'ai une migraine, je ne suis plus fonctionnelle. Je suis de celles qui n'arrivent plus à fonct…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…