Accéder au contenu principal

La recherche d'emploi

Voilà un titre poche. Sans âme et très simple. Un peu comme mon énergie et mon enthousiasme ces jours-ci.






Ce n'est un secret pour personne autour de moi, je cherche un nouvel emploi. Je suis épuisée d'être travailleur autonome avec un statut précaire. Depuis des mois, j'envoie des CV dans l'espoir de pouvoir poser pieds à terre, pour longtemps. 



Pourtant, pour la première fois de ma vie, je n'ai jamais eu autant de difficultés à trouver un emploi. Même les garderies, où j'ai presque 10 ans d'expérience, ne me rappelle pas. J'ai revu mon CV. Je l'ai fait changer par une connaissance ayant de l'expérience dans les ressources humaines. Rien.



En fait, ce n'est pas tout à fait vrai. J'ai bien reçu des appels. Cependant, les salaires ne me convenaient pas selon mon mode de vie. Parce qu'il est là le problème primaire, j'ai un mode de vie qui demande un certain salaire. Comment peut-on espérer trouver un emploi plus convenable quand la moyenne des salaires dépasse à peine le salaire minimum?



Et là, tu as le gouvernement Couillard qui se vante de créer des emplois, mais ce qu'il ne dit pas, c'est que ces emplois sont souvent aux salaires minimum ou à temps partiel. Rien pour améliorer la qualité de vie.



Ou bien c'est moi qui espère mieux que ce qui est offert sur le marché. C'est moi qui dois me voir plus compétente que les salaires proposés. Ai-je trop d'attentes irréalisables?





C'est stressant et épuisant. Avec une maison et des comptes à payer, il vaudrait mieux que ça débloque d'ici le 31 décembre, car rien n'est moins sûr pour la suite des choses avec la fin de mon contrat...




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Dunkerque: un bon moment, mais pas le meilleur film de guerre

Dimanche passé, ma conjointe et moi avions le goût d'écouter un film de guerre. Nous avons jeté notre dévolu sur le film Dunkerque. J'avais entendu beaucoup de bien de ce long métrage et moi, passionnée de la Première et Deuxième Guerre mondiale, j'y ai vu l'opportunité de le voir enfin.

Le film relate l'évacuation des troupes alliées de Dunkerque en mai 1940. La bande-annonce était prometteuse. Cependant, je dois admettre être sortie déçue de ce visionnement.

En fait, le gros reproche que je fais au film c'est le peu de dialogue. Les images devaient en théorie être fortes, mais je suis restée sur ma faim. N'eut été que je connaissais un peu (vaguement) l'histoire de cette évacuation, je déplore qu'elle n'ait pas été expliquée. Outre 3-4 phrases dans l'introduction du film, on n'explique jamais les raisons du confinement des militaires sur la plage outre le fait que les Allemands les ont poussés là. J'aurais aimé qu'ils expliquent …