Accéder au contenu principal

Tout est dit: la fois où j'aurais aimé écrire un article

Il y a quelques jours, j'ai publié un article concernant ma réflexion envers la rupture d'un couple lesbien dans une série télévisée américaine. Depuis lundi passé, je vis, comme beaucoup d'autres téléspectateurs, un deuil de l'un des couples lesbiens les plus appréciés depuis un an. Avec WayHaught, Sanvers était l'une des images positives de l'homosexualité féminine et la communauté est dévastée. Mais comment expliquer l'effet de cette rupture télévisuelle?

C'est en naviguant sur Twitter que je suis tombée sur l'article qui a su mettre les mots exacts sur ce que j'aurais voulu dire. Vous savez, ce genre d'article qu'on aurait vraiment aimé écrire? Bridget Liszewski, éditrice en chef de The TV junkies, a écrit "Supergirl: Sanvers' breakup illustrates the need for positive queer represatation on tv" (traduction libre : Supergirl: La rupture de Sanvers montre la nécessité d'une représentation queer positive à la télévision). L'article est en anglais et je remercie mon ami Google de m'avoir aidé à comprendre certaines subtilités du texte. Je me permets donc de vous mettre ici quelques extraits du texte qui ont attiré mon attention et qui pourraient vous aider à comprendre un peu plus le deuil réel ressenti par les admirateurs de Sanvers.


"Non seulement les admirateurs ont-ils été tristes et ils ont eu peur de perdre un de leurs couples préférés, mais la perte de Sanvers signifie aussi la perte de l'une des rares relations positives et réussies à la télévision aujourd'hui. Tandis que l'attention portée sur le nocif «Bury Your Gays» (enterrez vos gais) au cours des deux dernières années a entraîné moins de morts pour les personnages LGBTQ, les chiffres globaux de représentation font encore cruellement défaut. Pour cette raison, la relation d'Alex et Maggie a pesé lourdement sur beaucoup d’admirateurs de Supergirl qui ressentent maintenant cette perte plus fort que jamais, et la voit juste comme un autre exemple où les personnages queers à la télévision se voient refuser une fin heureuse."


"C'était ce que Sanvers était pour beaucoup: une représentation à l'écran d'une relation amoureuse, respectueuse et saine entre deux femmes. Parce qu'il y en a si peu d'autres, Sanvers a eu beaucoup de poids dans la vie de nombreux téléspectateurs, et la perte de cette relation est celle qui sera ressentie plus que les ruptures de télévision typiques."


"Il y a un manque flagrant de représentation à la télévision et, plus que tout, c'est ce que cette rupture de Sanvers illustre. Comment faire en sorte que la perte de relations queer ne soit pas aussi douloureuse? Tout simplement, en avoir plus! Les relations entre les personnages masculins et féminins suscitent rarement la même réponse passionnée et vocale que les relations queer à l'écran parce qu'il y en a tellement parmi lesquelles les admirateurs peuvent choisir. "Oh, le gars et la fille de Show A ont rompu? Pas de gros problème! J'ai encore des bateaux qui naviguent sur Show B, C, D, etc.. Les admirateurs des [personnages] queers n'ont pas ce luxe. Leurs pertes à l'écran sont plus importantes, plus percutantes et peuvent causer plus de dégâts, car elles sont trop peu nombreuses."


"Donc, si vous êtes blessée par la séparation de Sanvers, sachez que vous n'êtes pas seul. Beaucoup d'autres pleurent la perte de ce couple et ce qu'ils représentaient. Espérons qu'ils ont aidé à illustrer le besoin d'avoir de plus en plus de personnages et de relations LGBTQ à l'écran. Ces personnages permettent à beaucoup de savoir qu'ils ne sont pas seuls dans leurs sentiments, aident à créer de meilleurs alliés ou même aident quelqu'un qui est intolérant à mieux comprendre. Sanvers a fait cela et j'ai espoir qu'il y aura plus à suivre dans leurs pas. Jusque-là, n'oubliez pas de ne jamais avoir peur de qui vous êtes et embrasser les filles que vous voulez embrasser."


Voilà, tout est dit!


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Amenez-en des modèles

Je prends une pause de la correction de mon prochain roman afin de venir vous parler d'un sujet qui me tient à coeur: la présence de modèle LGBT dans l'actualité.

Je le dis souvent, lorsque j'étais adolescente, j'aurais donné n'importe quoi pour avoir des exemples de femmes homosexuelles. Pendant cette étape de ma vie où les questionnements et la négation étaient monnaie courante, j'aurais vraiment souhaité pouvoir m'identifier à quelqu'un.

Depuis ce temps pas si lointain (j'ai quand bien même juste 35 ans), les choses ont évolué énormément. Si on ne considère que le Québec, plusieurs personnalités féminines se sont dévoilées sur leur orientation sexuelle. Les Judith Lussier, Ariane Moffat, Debbie Linch-White et Marie-Andrée Labbée, voilà un bon nombre de femmes s'affichant et devenant par le fait même des modèles pour les jeunes adolescentes en questionnement. Enfin pouvoir mettre un visage sur ce que ressemble une femme homosexuelle : quelqu'…

C'est le temps d'accrocher mon couteau Olfa...

Se fut une belle aventure que c’est aventure là. Parsemée d’embûches et de sacrifices, de haut et de bas. Il y a 8 ans, je prenais la décision de tout lâcher et pour une fois, foncer dans un domaine qui m’intéressait. Un changement téméraire dont j’en suis sortie relativement chanceuse. Travaillant en muséologie depuis 5 ans (dont 4 ans et demi à la même place), j’ai décidé d’accrocher mon couteau Olfa (outil commun pour un TEM). Contractuelle depuis ma sortie de l’école, j’ai réussi à travailler jour après jour dans mon domaine, faisant des découvertes toutes aussi merveilleuses les unes après les autres. Les difficultés fiscales qu’un travailleur autonome peut rencontrer, mêlé à l’instabilité de ma carrière auront eu raison de ma détermination.


Il est maintenant temps pour moi de penser un peu à mon mental et au futur que je souhaite plus stable. J’ai découvert que je n’avais tout simplement pas l’étoffe ambitieuse de me battre dans cette marre contingentée des techniciens en muséolo…