Accéder au contenu principal

La nostalgie du baseball

Aujourd'hui, je "feel" nostalgique. Les anciens expos seront des séries éliminatoires du baseball. Si dans les dernières années de leur existence les Expos n'étaient pas l'équipe la plus excitante et surtout la meilleure, n'empêche que leur départ a fait un trou dans nos étés. Vrai que leur perte n'a pas eu le même effet que les Nordiques de Québec et vrai que s'ils revenaient, ça ne ferait probablement pas le même effet que les Nordiques aussi mais c'était une équipe des ligues Majeurs de Baseball et je crois qu'avoir eu des propriétaires qui étaient prêt à investir de l'argent, l'équipe aurait été meilleure. En étant meilleure sur le terrain, le public aurait été un peu plus au rendez-vous.

De voir les Nationals de Washington faire les séries au baseball me ramène en 1994. Pourquoi aussi loin? Parce que c'est l'année que j'ai le souvenir de voir les Expos passer si près de se rendre jusqu'en série mondiale avant qu'un lock-out soit décrété. 

Souvenez-vous des Grissom, Walker, Alou, Lansing, Fletcher, Wetteland, Hill, Fassero, etc. Une équipe de rêve qui devait aller loin. On y croyait. La foule était présente aux matchs. L'équipe était compétitive. La fièvre du Baseball régnait à Montréal.

Et après, il y a eu le lock-out. Fini le rêve. À la fin de la saison, ils ont liquidés l'équipe par manque de fonds pour payer les vedettes. J'étais jeune mais je m'en souviens comme si c'était hier. Bye Wetteland, releveur numéro 1. Bye Ken Hill, partant numéro 1. Bye Grissom, Bye Walker... Le lock-out a tout détruit les espoirs. Il y a eu vente de feu. Dans mon petit corps de jeune fan, j'étais consciente que quelque chose se passait, que rien ne serait comme avant.

Le fait de penser que les "anciens Expos" sont des séries me ramène au Stade Olympique avec mon grand frère, mon père et mon oncle. On est allé voir des matchs 2-3 fois tous ensemble. Je me souviens du tout premier. Mon frère et mon père était près du marbre alors que moi et mon oncle, on était dans le champ (on prends les billets qu'on a héhé). C'était fabuleux l'ambiance. J'adore l'ambiance sportive d'un stage ou d'un aréna. Ça me manque. Monter à Montréal pour aller voir les Expos, c'était un événement pour notre famille. Vraiment, ça me manque. Je n'étais pas à Montréal dans les dernières années des Expos. Avoir su qu'ils pouvaient vraiment partir, j'en aurait profiter.

Les Expos étaient à l'été ce que les Canadiens sont pour l'hiver. Ils n'étaient pas du même calibre que les Canadiens mais ils avaient un poids important dans notre été. J'ai joué toute ma jeunesse au baseball. J'adorais cela. J'écoutais le baseball à la radio pour me coucher. J'enregistrait même les matchs pour les écouter quand il n'y en avait pas (ouais, ça parait étrange mais j'aimais ça). La voix de Jacques Doucet, Monsieur Expos, résonnait tous les jours même s'il n'y avait pas de match. Bref, mes étés, c'était les Expos... 

Aujourd'hui, les anciens Expos comme on s'amuse à dire viennent de confirmer leur entrée en série éliminatoire. Ça fait un pincement au coeur. Combien de temps encore allons-nous les appeler les "anciens Expos"? Combien de temps aura-t-il fallu aux fans des Nordiques pour arrêter de considérer l'Avalanches du Colorado comme les "anciens Nordiques"? Et les Jets de Winnipeg sont-ils les mêmes malgré que se soit les Trashers d'Atlanta qui sont déménagés à Winnipeg au lieu des Coyotes de Pheonix, les "anciens Jets"?


J'imagine que dans quelques temps, on passera à autre chose...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

Amenez-en des modèles : mise à jour!

Le 24 février dernier, j'écrivais un article sur les modèles de plus en plus nombreux de couples lesbiens dans les séries télévisées.  J'avais envie de faire une petite mise à jour de la liste que j'avais mentionnée. Seule #Vanity et #Kana ont survécu à ces derniers huit mois.. les autres ayant vu leur série annulée ou se terminer ne reviendront pas dans la liste actuelle. #Sanvers s'en sort légèrement, plus par espoir que par réalité.. vous verrez.


#KANA


Diminutif de Kate et Rana, ce couple du soap britannique Coronation Street a vécu une année rock'n Rolls. En effet, la découverte de ses sentiments envers Kate n'a pas été de tout repos pour la pauvre Rana. De culture musulmane, nous avons suivi avec souvent beaucoup de tristesse et de frustration la dure réalité d'aimer une personne du même sexe pour des croyants religieux (ici musulman). Mêlé au suicide du frère de Kate, la mort du père à Rana et le divorce de celle-ci avec son mari a rendu l'histoire …