Accéder au contenu principal

La culture et l'histoire : deux mal-aimés

Je viens à peine de terminer mes cours en technique de muséologie et je n'ai même pas commencé mon stage encore que l'espoir d'un travail dans le domaine muséal me décourage. Au fil de mes 3 années d'études, j'ai réalisé, en discutant avec diverses personnes, que de travailler dans le domaine est plutôt difficile. Il n'y a pas vraiment d'emploi stable outre des contrats. Le domaine vit par les subventions. Il est collé à la culture et Dieu sait que la culture ne fait pas parti des priorités des gouvernements en place. Prenons simplement différents lieux patrimoniaux qui sont menacés de démolition ou simplement laissé à eux même comme la maison de Félix-Leclerc de Vaudreuil. Ce sont deux exemples qui démontrent que les priorités de l'État est bien loin de la culture. Un peuple qui se souvient, c'est un peuple riche! Je sais bien qu'il y a des priorités plus importante sans doute que les musées mais quand on considère que beaucoup d'argent est mis dans l'armée, un domaine où la majorité des Canadiens croient qu'on ne devrait pas être autant impliqué militairement, c'est de l'argent qui pourrait être réinvesti ailleurs dont la culture. Lorsque vous penser avoir plus de chance de dénicher un contrat dans un musée qui est gérer par le Ministère de la Défence et non de la culture, ça en dit long. Je ne vise aucun gouvernement en particulier mais la société et celle-ci préfère investir en santé ou en éducation. C'est tout en son honneur mais qu'est-ce que ça donné jusqu'à maintenant à part des attentes plus longues aux urgences ou des crises étudiantes? Loin de moi l'idée de penser que d'investir dans la culture amènera le monde à être plus heureux mais je ne peux pas croire que ça serait de l'argent gaspillé. J'aime croire que notre histoire est ce qui forgera notre avenir...


Je n'ai pas peur de travailler à contrat. Il semblerait que je vais devoir opter pour être travailleur autonome. Je devrai me battre dans un domaine où il est difficile de percer. On encourage les gens de retourner aux études, de foncer, mais on n'encourage pas les domaines. J'ai tout laissé comme bien d'autres personnes et j'entrevois mon avenir encore plus flou que ce qu'il n'était avant.

Je veux me battre et foncer mais combien de mur pourrais-je abattre? Je n'ai pas avancé dans la musique parce les murs à abattre m'ont découragé... Maintenant, j'ai vieilli et j'aborde ce nouveau défi avec le plus d'optimisme possible. Je n'ai aucun problème à passer d'un contrat à un autre, en espérant de tout coeur qu'il y en aura....

Je vous laisse avec cette citation que j'ai trouvé et qui je trouve résume bien l'importance pour les gouvernements d'investir dans la culture et l'histoire.

"Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines"
                                                                                                     - Marcus Garvey


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…