Accéder au contenu principal

Charline Labonté fait son coming out

Passer les étapes de l'acceptation de son homosexualité n'est jamais facile. Chacun a sa façon de vivre la situation. À l'époque, je me sentais pas mal seule dans mon petit monde. Il y avait bien quelques personnalités masculines qui s'affichaient mais c'était marginal et surtout super stéréotypé. Il y a bien eu Ellen Degeneres. Je m'en souviens comme si c'était hier. Je n'avais aucune idée qui elle était mais je me souviens que son coming out avait fait beaucoup parlé compte tenu qu'il s'était fait en même temps que sont personnage de télé. Enfin une femme publique s'affichait mais elle était tellement loin de mon monde.


J'ai dû affronter les étapes de l'acceptation de homosexualité par moi-même. Il y avait la député Agnès Maltais qui ne s'est jamais caché mais c'était bien loin de ma génération. Il y a quelques années, Ariane Moffat a fait jaser dans le milieu à Québec, il y avait des rumeurs de son orientation. Ce n'est que l'an passé qu'elle a confirmé le tout. C'était l'une des premières personnalités connues qui se rapprochait de ma génération qui s'affichait. J'étais déjà rendue bien loin dans mon cheminement mais j'ai salué sa sortie.

Aujourd'hui, la une, c'est Charline Labonté qui a fait son coming out. Sans être complètement surprise (les femmes au hockey c'est stéréotypée mais j'en ai connu beaucoup qui était homosexuelle), je dois admettre que je ne m'attendais pas à cela. Je trouve sa sortie fort intéressante surtout pour les plus jeunes. Cependant, lorsque j'écoute son témoignage sur le RDS.ca, elle a dit quelque chose qui me fait prendre conscience que l'homosexualité est loin de devenir acceptée totalement par les gens. Répondant à la question concernant ce qu'elle ressent face à ce qui l'attend après cette sortie, Charline dit :

 "Éventuellement, après ma carrière dans le hockey, je devrai me trouver une vraie carrière. Est-ce que ça va me mettre des bâtons dans les roues? J'espère que non. J'espère qu'on est ailleurs en tant que société. J'ai confiance en ce que je fait et je suis à l'aise là-dedans, mais je ne peux pas cacher qu'il y a un côté stressant."

Je trouve que ce commentaire démontre très bien combien il est difficile de s'afficher comme on est. Si une athlète reconnue comme Charline Labonté a des interrogations sur comment elle sera perçue éventuellement après sa carrière de hockey, les gens ont du chemin à faire. La société a évolué mais il suffit d'une personne pour que son homosexualité soit lourd sur les épaules.

Bonne chance à Mme Labonté pour la suite de sa carrière et Bravo pour cette sortie que la nouvelle génération de jeunes femmes qui se cherche des modèles féminins québécois.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Je suis migraineuse

J'ai eu une migraine hier.
J'ai de la difficulté à expliquer pourquoi j'en fais, mais je sais que lorsque j'en subis une, ma journée est une perte totale. 
Cela commence par une douleur ressentie d'un seul côté de la tête. Parfois à gauche, parfois à droite, ça varie chaque fois et elle est localisée près d'un oeil. Une douleur intense me donnant comme des pulsations sur les tempes. Parfois, j'ai tellement mal que j'ai envie de me donner des coups de poing à la tête afin de tenter de diminuer la douleur. La migraine me donne aussi mal au cou et parfois, j'ai l'impression que seul un massage de cette région peut me soulager.
Alors, je prends des Tylénols, parfois des Advils, afin de tempérer ma douleur. Ça ne marche pas toutes les fois, eh oui, j'abuse des analgésiques. Quand j'ai mal, je ne m'endure plus. C'est inévitable, lorsque j'ai une migraine, je ne suis plus fonctionnelle. Je suis de celles qui n'arrivent plus à fonct…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…