Accéder au contenu principal

Gardez vos chats en dedans et stérilisez-les : fini les problèmes

Depuis quelques jours, il circule sur Facebook la nouvelle comme quoi des chats auraient disparus et certains tirés au fusil à plomb à Longueuil. Toutes les fois que j'entends ce genre de nouvelles et que je lis les propriétaires de chats pleurer dans les médias, j'ai juste envie de leur dire : "Tant pis, assume!"


Je sais que je vais en choquer beaucoup dans la cause animale mais moi j'appelle un chat un chat. Autrefois, les chats n'étaient pas domestiqués et ils se débrouillaient pour chasser, manger, ils se protégeaient des prédateurs, ils avaient l'instinct de survie très fin. Aujourd'hui, je n'avale pas la vision des gens qui disent que les chats ont besoin d'aller dehors, c'est leur nature, etc. Les chats d'aujourd'hui sont beaucoup trop domestiqués d'après moi pour se débrouiller dans la nature convenablement.

Combien d'images et d'histoire voyez-vous passer dans votre fil d'actualité de chats trouver dehors en piteux état soit par le froid, par les batailles entre chats ou la maladie? Il en pleut! Si en plus, vous rajoutez à cela les dangers extérieurs comme les tireurs au plomb... Aussi bien dire que vous jouez avec la vie de votre chat à chaque fois que vous le sortez...


Le chat domestique a la chance d'avoir accès à de la bouffe quand il veut à la maison. Oui, ils ont encore leur instinct de chasseur mais de là à en avoir besoin pour se nourrir à l'extérieur? De plus, l'instinct de survie quand ces chats sont domestiqués n'est pas, d'après moi, aussi développé quand on a tout sans se forcer à la maison. Et lorsqu'on entre dans le portrait des agents extérieurs comme des gens qui tirent avec des fusils à plomb, comment le chat peut-il prévenir le coup?


J'ai trois chats chez moi. Tous stérilisés! Aucun ne me demande la porte. Pourquoi leur ouvrir? La base pour éviter que les chats demandent la porte c'est d'éviter de leur ouvrir une première fois. Je vous entends me dire : "ouais mais mon chat, je l'ai trouvé dehors ou il connaissait déjà dehors avant que je l'aie". J'ai une chatte chez moi qu'on a trouvé errante. On la sort parfois avec nous avec un harnais d'ailleurs et pourtant, elle ne demande jamais la porte!

Mais LA base pour régler un tas de problèmes c'est la stérilisation! Un animal non stérilisé a deux fois plus de chance de vouloir sortir et d'être attiré à l'extérieur par ses instincts sexuels. Et encore là, j'ai une de mes tantes qui a eu un chat pendant 19 ans, que j'avais trouvé chaton à l'extérieur et qu'elle n'a jamais fait stérilisé et qui pourtant, n'a jamais demandé la porte. C'est du cas par cas, il existe des exception à toute règle. Reste qu'en grande majorité, un chat stérilisé est mieux avec lui même et n'aura pas l'instinct de devoir aller dehors.

Aussi, il existe plusieurs trucs pour garder ses chats en sécurité à la maison tout en leur permettant de vivre "comme un chat". Des arbres à chats pour les griffes, beaucoup de hauteur pour leur permettre de voir de partout, des jouets avec un peu d'herbe à chat pour l'instinct de chasseur. Pas nécessaire d'acheter l'arbre à chat au top qui coûte 300$. Quelques planche de bois, du tapis et un peu d'originalité et voilà. Pas obligé non plus d'avoir des arbres à chat de 30 pieds de haut, juste un petit poteau d'à peine 3 pieds et le tours est joué. Pour les hauteurs, jouez avec des tablettes et un peu de tapis (pour le confort).

Donc, gardez vos chats à l'intérieur pour éviter de les voir disparaitre ou revenir blessé par n'importe quelle façon... Sinon, eh bien... Tant Pis!

Ça s'appelle "gambler" à chaque sortie...



N.B. SVP, ne me sortez pas la raison du poil pour envoyer votre chat dehors... moi je vous dis, si le poil dérange c'est que t'es pas faite pour avoir un chat!

Commentaires

  1. Bonjour, j'ai fureté un peu sur ton blog et dans plusieurs de tes billets d'opinion je me suis retrouvé d'accord avec toi sauf à quelques détails près. Mais tiens, je t'en sors une autre «bonne raison» : parce que ça me tente pas de nettoyer les litières. Ouais, celle-là je l'ai entend. Je suis tech, en santé animale, j'ai quitté les cliniques il y a déjà plusieurs années car la maltraitance animale et la stupidité humaine était partout et je ne pouvais plus la supporter. Pour ce qui est des chats, je pense que oui, ils peuvent se débrouiller dehors mais cela à un très gros prix en plus de ceux que tu as cités : attaque d'autres chats donc gros risques de leucémie et de sida félins, risques de parasitage, as-tu mentionné les abcès qui ne guérisse pas ? et avant toute chose la surpopulation animale. Donc, tu as entièrement raison, la stérilisation EST la solution ! Par respect aussi pour nos voisins qui sont peut-être allergiques, qui essaient peut-être d'avoir un jardin sans crotte de chat ou qui ont des chats et n'ont pas pris la décision de les laisser aller dehors mais qui doivent supporter TA décision d'être un inconscient (bagarre à travers les fenêtres ou «quêtage» de bouffe régulier).
    Je ne dis pas si la personne vis à la campagne, qu'elle a stérilisé son animal, qu'elle le vermifuge régulièrement, qu'elle lui fait donner les vaccins appropriés, etc. Là je comprendrais, le chat est plus près de son côté sauvage que le chien, mais en ville, c'est complètement idiot. Voilà, j'ai été dure mais ça fait du bien de se vider le coeur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Amenez-en des modèles

Je prends une pause de la correction de mon prochain roman afin de venir vous parler d'un sujet qui me tient à coeur: la présence de modèle LGBT dans l'actualité.

Je le dis souvent, lorsque j'étais adolescente, j'aurais donné n'importe quoi pour avoir des exemples de femmes homosexuelles. Pendant cette étape de ma vie où les questionnements et la négation étaient monnaie courante, j'aurais vraiment souhaité pouvoir m'identifier à quelqu'un.

Depuis ce temps pas si lointain (j'ai quand bien même juste 35 ans), les choses ont évolué énormément. Si on ne considère que le Québec, plusieurs personnalités féminines se sont dévoilées sur leur orientation sexuelle. Les Judith Lussier, Ariane Moffat, Debbie Linch-White et Marie-Andrée Labbée, voilà un bon nombre de femmes s'affichant et devenant par le fait même des modèles pour les jeunes adolescentes en questionnement. Enfin pouvoir mettre un visage sur ce que ressemble une femme homosexuelle : quelqu'…

C'est le temps d'accrocher mon couteau Olfa...

Se fut une belle aventure que c’est aventure là. Parsemée d’embûches et de sacrifices, de haut et de bas. Il y a 8 ans, je prenais la décision de tout lâcher et pour une fois, foncer dans un domaine qui m’intéressait. Un changement téméraire dont j’en suis sortie relativement chanceuse. Travaillant en muséologie depuis 5 ans (dont 4 ans et demi à la même place), j’ai décidé d’accrocher mon couteau Olfa (outil commun pour un TEM). Contractuelle depuis ma sortie de l’école, j’ai réussi à travailler jour après jour dans mon domaine, faisant des découvertes toutes aussi merveilleuses les unes après les autres. Les difficultés fiscales qu’un travailleur autonome peut rencontrer, mêlé à l’instabilité de ma carrière auront eu raison de ma détermination.


Il est maintenant temps pour moi de penser un peu à mon mental et au futur que je souhaite plus stable. J’ai découvert que je n’avais tout simplement pas l’étoffe ambitieuse de me battre dans cette marre contingentée des techniciens en muséolo…