Accéder au contenu principal

Les joies de la rentrée

J'ai toujours adoré le moment de la rentrée. Lorsque j'étais jeune, l'excitation de la rentrée commençait en plein milieu de l'été lorsque nous recevions notre liste d'article à acheter.

Cette semaine, j'ai vu partout sur mon Facebook plein de mes contacts vivant à pleine dent dans la rentrée. Certains voyaient leur premier enfant rentrer à la maternelle, d'autre voyait leur fille passer de la 6e année au secondaire ou bien encore, voyait leur bébé quitter le nid familial pour partir au Cégep. J'ai vu passer toute une gamme d'émotion cette semaine. Des larmes à la fierté, tout est passé.

J'ai assité live aux préparations de la rentrée de la plupart de mes contacts. De l'achat du matériel scolaire à l'uniforme. Je me suis sentie nostalgique mais je me suis surtout rendu compte à quel point c'est devenu difficile d'acheter les articles scolaires...


Par exemple, les cahiers ou duo tang de différente couleur. À l'époque, je ne me souviens pas que nous devions avoir une couleur de cahier associée à telle ou telle matière. En fait, ma mère ne se compliquait pas la vie. Elle achetait des paquets en spécial de cahier Canada ou de duo tang, that's it. Aujourd'hui, il faut un cahier vert pour telle matière et un cahier rouge pour un autre. Dans mon temps, un cahier canada presque pas utilisé un année était recyclé l'année d'après. Si non, ma mère les conservait pour dépanner au cas où. D'ailleurs, ma mère a toujours était prudente et économe. Dès qu'il y avait un spécial dans les feuilles mobiles, les cartons de construction ou les cahiers canada, elle en profitait. Je ne dis pas qu'elle achetait en grande quantité mais elle avait une petite réserve. Tellement qu'un jour, elle faisait du ménage et m'a offert bon nombre de cahiers canada à peine utilisés ainsi que plusieurs paquet de feuilles mobiles que j'ai offert en don au CPE pour lequel je travaillais. Aujourd'hui, les problèmes de couleurs de cahier donne du fil à retordre aux parents. Une amie me disait justement hier que trouver un duo tang vert dans sa petite ville était impossible. Elle avait du aller dans une autre ville pour en trouver un! Elle a donc saluer l'initiative de l'école d'offrir de fournir tous ces cahiers de différentes couleurs.. bien sûr moyennant des frais supplémentaires à ceux déjà existant. Cependant, payer 2$ de plus pour se sauver du stress... c'est un pensez-y bien!


Ce que j'aimais le plus de la rentrée (outre acheter mes nouveaux articles scolaires) c'était toute l'ambiance qui entourait celle-ci, surtout au Cégep. Même à 30 ans, j'aimais beaucoup le fait de commencer une nouvelle session au Cégep. Passer en revue le plan de cours, les travaux qui seront à faire, les projets. Les premiers cours que tu ne fais jamais au complet (c'était souvent la semaine des journées qui finissent plus vite). Revoir les gens avec qui tu étudie, les profs, etc. Je me sentais un peu comme un enfant à chaque rentrée (automne et hiver).

Aujourd'hui, je vis la rentrée de façon très éloignée en suivant les histoires de mes contacts Facebook. Ce qui me touche plus directement avec la rentrée, c'est le trafic et les autobus pleine à craquer. Quand t'es habituée pendant l'été de revenir à la maison en 15 minutes et que paf, la semaine de la rentrée ça t'en prends 45, c'est là que la rentrée te rattrape!


Alors, peu importe l'année que vous êtes, bonne rentrée! Et pour ceux et celles qui voient leur premier enfant rentrer à la maternelle, voici un petit bijou de texte sur les choses qu'on ne vous a pas dit! :-)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…