Accéder au contenu principal

La hantise du support d'exposition : moment de fierté

J'ai eu dès le départ un intérêt marqué pour ce qui touchait la documentation. Cet aspect muséologique m'a donc spontanément intéressé. Documenter les objets d'une collection en les décrivant, les mettant à jour, les photographiant et leur attribuer un numéro d'accession (NAC), j'en mangeais.

Lorsque j'ai compris que la technique en muséologie comportait bien d'autres aspects que la documentation, j'ai vu cela comme un défi. Je n'ai jamais travaillé mon côté manuel outre quelques bricolages avec les enfants en Centre de la petite enfance.

Donc, vous ne serez pas surpris d'apprendre que j'en ai bavé lors des cours plus manuels où il fallait utiliser des outils. J'ai appris à la dure comment utiliser les différents outils et j'ai garni mes connaissances dans les matériaux et les façons de les utiliser. Je peux donc maintenant faire de petites rénovations ou constructions chez moi, ce qui n'est pas si mauvais!

Cependant, combien de fois j'ai versé des larmes parce que j'avais de la difficulté, que ça ne fonctionnait pas comme je voulais ou bien quand une planche de bois m'est revenue dans le ventre lorsque j'utilisais pour la première fois le banc de scie? J'ai du m'acclimater durement à la ma réalité de gauchère. Les outils sont fait pour les droitiers! Plusieurs fois, il a fallu que je m'adapte ou trouve une autre façon (tout aussi sécuritaire) pour utiliser certains outils.

Pourquoi je vous parle de tout cela? C'est que j'apprends toujours les rudiments du métier. J'ai encore peur de foncer par crainte de "scraper" les matériaux en me trompant par exemple. Nous connaissons tous les budgets serrés des musées... Une de mes angoisses c'est la fabrication de support d'exposition. Ce n'était pas ma force en cours et encore aujourd'hui, je demande l'approbation de mes idées à mes collègues. Plusieurs fois, leurs commentaires améliorent mes idées et rends le support de meilleure qualité. Mais les idées, il faut les fabriquer et c'est là que le bât blesse dans mon cas. Je ne me fais sans doute pas assez confiance mais j'appréhende beaucoup le support à venir.

Mais quand il y a des moments de fierté, autant se les approprier et les vivre. Comme les deux supports d'artefact de la Première Guerre Mondiale que j'ai du faire. J'ai eu des moments de découragement surtout lorsque j'ai essayé d'utiliser la peinture en aérosol comme proposé par mon employeur et que je n'arrivais pas à peinturer sans faire de dégât. Même essayer d'arranger les choses les aggravaient... Après plusieurs heures de travail frustrantes, j'ai décidé tout simplement de recommencer au début et d'utiliser de la peinture avec un pinceau. Ensuite, je ne pouvais pas souder comme nous avions appris à l'école. Je pouvais bien "souder" mais je ne pouvais pas bouger les tiges que j'avais fixé car la soudure était loin d'être solide.. donc, j'ai donc appris que ce genre de soudage ne pouvais permettre de rebouger la tige sans casser la dite soudure...

Au final, le fait de recommencer en utilisant ma méthode de peinture a été plus gratifiante et surtout plus rapide. Comme quoi, on peut réussir à retirer de la fierté après de dure labeur! :-) Je me permet même de vous partager mes oeuvres! :-)





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…