Accéder au contenu principal

Je suis Charlie ou abuser d’une tragédie?


Tout d’abord, mettons au clair une chose, je suis tout à fait pour la liberté d’expression. Même si parfois les opinions des uns peuvent affecter mes opinions et mon humeur, je considère qu’une société est beaucoup plus enrichissante avec des opinions différentes. J’adore discuter avec les gens qui n’ont pas la même opinion. Argumenter est aussi un de mes passe-temps favoris ce qui parfois peut amener ma blonde à considérer que je m’obstine beaucoup trop souvent. Cependant, argumenter et partager nos opinions parfois différentes fait parti de ce qu’on appel une discussion. Parfois, certaines personnes, dont moi, peuvent argumenter et tenir mordicus à leurs commentaires étant convaincue de leur véracité. Normalement, lorsque je ne m’obstine pas longtemps c’est que soit j’ai un doute dans mes informations ou dans la conviction de mon opinion. Avoir des opinions différentes ne devrait pas causer de situations conflictuelles.

Je m’égare un peu de mon sujet principal que j’aimerais aborder dans ce billet. En fait, je voulais surtout amener sur le sujet la liberté d’expression décriée partout. Il y a quelques mois, une tragédie frappait Charlie Hebdo en France. Tout le monde a alors adhérer a l’expression « Je suis Charlie » en soutient aux victimes et à la lutte pour la liberté d’expression. J’étais la première à trouver cet élan de soutient assez impressionnant.

Cependant, je commence à trouver que les gens utilisent un peu trop la tragédie pour défendre la liberté d’expression. Dès qu’il y a une critique envers une opinion, on entend souvent un « Je suis Charlie  quand ca nous tente ». Je suis désolée mais il y a une différence entre liberté d’expression et lynchage public ou opinions manquant totalement de respect (raciste par exemple).

A l’époque, il y avait un certain Jeff Fillion qui était très controversé à Québec. Il pouvait traiter n’importe qui de n’importe quoi, il y avait des fideles quand même a ses pieds à sortir dans les rues pour la liberté d’expression. Est-ce juste moi où avoir une opinion ne veut pas nécessairement pouvoir tout dire? Je parle surtout au niveau public. J’ai entendu dire sur un autre blog que M. Fillion aurait encoreété muselé dernièrement et on mentionnait de nouveau le « Je suis Charliequand ca me tente ».

Ca va faire! Je suis Charlie devrait cesser d’être utiliser pour défendre les gens qui vont trop loin. On peut être critique d’un propos tout en restant respectueux. On peut critiquer un propos sans faire museler quelqu’un. Utiliser « Je suis Charlie quand ca me tente » pour dénigrer ceux qui critique un propos tenu c’est rendre l’événement trop familier. Des gens sont morts dans cette histoire pour des dessins bénins. Si Chapleau dessinait une personnalité en train de se faire tuer ou je ne sais quelle autre cochonnerie, laisserions-nous le dessin se faire publier pour la liberté d’expression? Ou bien si une personne publie un texte dans un journal où le propos est d’une teneur ultra raciste ou antisémite, allons-nous laisser le texte publier pour la liberté d’expression sans rien dire? J’en doute!

Avec l’utilisation récurrente du « Je suis Charlie » pour chaque situation d’opinions critiquées, on est en train de banaliser l’événement qui est arrivé chez Charlie Hebdo d’après moi.


La liberté d’expression oui mais à quelle limite du défendable?


AJOUT : voilà qu'un mouvement d'appui contre le policier qui a lancer une blessée une manifestante hier utilise encore l'image Je suis... Trop c'est comme pas assez... 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…