Accéder au contenu principal

Être ou ne pas être syndiqué?

J’écoute souvent la radio et aujourd’hui à l’émission d’Isabelle Marechal, on parlait du syndicalisme. Comme je ne pouvais commenter en direct, je prends la peine de parler de mon opinion sur la question ici.

Les arguments donnés par les deux invités sont très défendables. Il est vrai que les syndicats ont permis d’améliorer les conditions de travail dans plusieurs milieux. A une certaine époque, si les syndicats n’avaient pas été la, je ne sais pas si le Québec aurait pu avancer autant que maintenant. La vie coute plus chère, c’est évident qu’on essaie d’avoir les meilleures conditions.

Cependant, parfois, les syndicats ont les mains liés. Surtout par le commandement un peu trop grand du gouvernement dans la logistique administrative des entreprises comme Poste Canada par exemple. Oui, si on regarde froidement les choses, ils sont bien payés, on un fond  de pension et plein d’avantages comme cela. Cependant, ce qu’on ne sait pas c’est que depuis que le gouvernement a décidé d’imposer la nouvelle convention collective, les conditions de travail sont devenues exécrables. Comme le mentionnait l’un des invités de Mme Marechal, moderniser des usines aide à la productivité, il faut arrêter de penser que les syndicats nuisent à cette dernière. Sauf que si nous prenons encore l’exemple de Poste Canada, oui, ils se sont modernisés. Ils ont investis des millions à changer la machinerie pour augmenter les capacités de passer des lettres par jour mais ils ont investi sans avoir le consentement de la Sécurité au travail. Depuis ces « modernisations » fait cavalièrement, les employés ont un taux d’absentéiste en hausse à cause des blessures liées à la nouvelle machinerie (mal de dos, tendinite, etc.). Que peut faire le syndicat? Pas grand-chose… bien payé et beaucoup d’avantage mais a quel prix?

 Beaucoup des employés de la poste ont vu leurs conditions de travail rendre leur vie personnelle difficile. Outre les blessures, la pression exercée par les supérieurs pour un rendement accru avec un équipement de travail non adapté pour le travail demandé apporte beaucoup de stress et éventuellement de dépression (BurnOut). Quand t’es payé salaire minimum et que tu vois le salaire qu’ils ont c’est facile de critiquer. Mais quand tu connais les conditions, pas convaincue que ces mêmes gens qui critiquent iraient travailler la. Ca sent presque l’auto démolition par la direction… Et que peut faire le syndicat payé grassement par les employés à chaque paie? Je me le demande tous les jours….

Un syndicat peut apporter un tas de bonnes choses, encore faut-il qu’il puisse avoir la chance de défendre ses membres. Je n’ai jamais eu la « chance » d’être syndiqué. J’ai toujours eu des emplois où le syndicat n’existait pas. Même le CPE où je travaillais et où je vais travailler de nouveau n’est pas syndiqué. Nous sommes sans doute les seules à ne pas être grévistes quand les autres le sont… Nous combattons pour les mêmes conditions que les CPE syndiqués (combat contre le gouvernement) mais nous avons une structure qui s’organise autour d’un Conseil d’administration. Je dirais, en regardant ce qui se passe avec les syndicats en général, que le CA a donné de bonnes conditions de travail aux employés et est à l’écoute de ceux-ci quand il y a des demandes. Rien n’est parfait et cela fait 5 ans que je suis partie de la mais a l’époque que j’y travaillais, les commentaires et conditions étaient relativement bien reçu par les employés. L’ambiance de travail était bien aussi entre l’employeur et les employés. Comme quoi parfois, les syndicats ne sont pas nécessaires pour une bonne coordination au travail, de bonnes conditions et l’ouverture à la discussion.

Malheureusement, notre histoire est peut-être unique. Les gens qui ne sont pas syndiqués (par exemple dans les magasins) n’ont pas toujours la chance d’avoir de bonnes conditions de travail de leurs employeurs souvent plus gros que tous les employés. Comme il faut travailler dans la vie et que ce n’est pas tout le monde qui peut avoir une job super bien payée, plusieurs doivent manger leur pain noir et ceux qui ont le courage de contester se font montrer la porte. Je n’ai jamais été syndiqué et j’ai toujours été bien traitée. La seule fois où je me suis sentie traitée comme une moins que rien ou du moins que j’ai senti le manque de tact et de professionnalisme d’un employeur c’était dans un magasin… Je ne suis jamais retournée après la situation gênante de réprimande de l’employeur devant les clients que j’avais subit. Tu peux réprimander un employés mais fait-le avec tact comme tous les employeurs que j’avais eu c’est-a-dire au moins dans ton bureau, pas devant tout le monde. Dans ce genre d’entreprise, tu es remplaçable tellement facilement qu’ils s’en foutent. Un syndicat aurait-il changé les choses? Je ne sais pas, j’ai l’impression que la relation avec l’employeur aurait sans doute été encore plus difficile mais au moins les employés auraient un moyen de se faire mieux traiter par des griefs ou plaintes et verraient leur job plus sécure. Dans ce genre d’emploi, que tu ais 2 mois ou 10 ans d’ancienneté, a part pour les vacances, ca ne fait pas de différence. Si tu ne fais plus l’affaire c’est bye bye champion.

Alors tout n’est pas tout blanc ou tout gris. Syndicat ou non, il y aura toujours des points positifs et négatifs pour chacune des options. Tout dépend du milieu de travail et des personnes qui y travaillent pour choisir la meilleure option. Malheureusement, comme les magasins, l’option syndicale est pas mal absente des choix ce qui est malheureux…


Bref, être ou ne pas être syndiqué, cette question restera surement sans réponse globalement mais devra être prise cas par cas…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Amenez-en des modèles

Je prends une pause de la correction de mon prochain roman afin de venir vous parler d'un sujet qui me tient à coeur: la présence de modèle LGBT dans l'actualité.

Je le dis souvent, lorsque j'étais adolescente, j'aurais donné n'importe quoi pour avoir des exemples de femmes homosexuelles. Pendant cette étape de ma vie où les questionnements et la négation étaient monnaie courante, j'aurais vraiment souhaité pouvoir m'identifier à quelqu'un.

Depuis ce temps pas si lointain (j'ai quand bien même juste 35 ans), les choses ont évolué énormément. Si on ne considère que le Québec, plusieurs personnalités féminines se sont dévoilées sur leur orientation sexuelle. Les Judith Lussier, Ariane Moffat, Debbie Linch-White et Marie-Andrée Labbée, voilà un bon nombre de femmes s'affichant et devenant par le fait même des modèles pour les jeunes adolescentes en questionnement. Enfin pouvoir mettre un visage sur ce que ressemble une femme homosexuelle : quelqu'…

C'est le temps d'accrocher mon couteau Olfa...

Se fut une belle aventure que c’est aventure là. Parsemée d’embûches et de sacrifices, de haut et de bas. Il y a 8 ans, je prenais la décision de tout lâcher et pour une fois, foncer dans un domaine qui m’intéressait. Un changement téméraire dont j’en suis sortie relativement chanceuse. Travaillant en muséologie depuis 5 ans (dont 4 ans et demi à la même place), j’ai décidé d’accrocher mon couteau Olfa (outil commun pour un TEM). Contractuelle depuis ma sortie de l’école, j’ai réussi à travailler jour après jour dans mon domaine, faisant des découvertes toutes aussi merveilleuses les unes après les autres. Les difficultés fiscales qu’un travailleur autonome peut rencontrer, mêlé à l’instabilité de ma carrière auront eu raison de ma détermination.


Il est maintenant temps pour moi de penser un peu à mon mental et au futur que je souhaite plus stable. J’ai découvert que je n’avais tout simplement pas l’étoffe ambitieuse de me battre dans cette marre contingentée des techniciens en muséolo…