Accéder au contenu principal

Travailleur autonome = horaire de fou

Je suis technicienne en muséologie contractuelle. Je travaille depuis bientôt deux ans dans le même musée avec un contrat qu'on renouvelle annuellement (quand c'est possible). 

Être à mon compte, à contrat, comporte pas mal de défi. L'un d'eux est les horaires de travail. À priori, j'ai un horaire de 37.5 heures/semaine, un classique. Cependant, mon travail comporte parfois du voyagement pour des montages et démontages d'expositions itinérantes et cela inclus des journées de fous! 

Des pauses? Cela n'existe pas avant que l'exposition soit montée ou démontée. Manger? Encore là, tout dépend du temps que nous avons pour démonter ou monter l'expo. Nous mangeons donc quand tout est terminé. Dans ma situation, je travaille avec le militaire ce qui signifie que nous sommes à la merci des décisions d'horaire des supérieurs militaires. Faire le montage d'une exposition une journée d'avance, plus relaxe, est fort improbable. Nous devons apprendre à gérer les rushs dans le temps.


Pouvons-nous être fatigués? Sans doute mais nous n'avons pas le temps de le démontrer. Les impondérables? Manque de bénévole, attente avec l'ascenceur, escalier à monter... Tous des impondérables qui peut rendre une journée folle en journée très stressante...


Le mois d'octobre a été complètement fou dans ces projets d'exposition itinérante. Tout pour vous dire, j'ai accumulé près de 3 jours de congé à reprendre. Physiquement, je me sens fatiguée mais aussi mentalement. Même si je trouve ces projets fort intéressant, j'ai hâte de pouvoir prendre un peu de temps pour moi! 

Je retourne à Ottawa pour démonter l'exposition qu'on trimbale. Une autre grosse journée. Dès la semaine d'après, on monte avec celle-ci pour Borden, en Ontario. Un 3 jours loin de la maison.

Ensuite, enfin un peu de répis! :-)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Je suis migraineuse

J'ai eu une migraine hier.
J'ai de la difficulté à expliquer pourquoi j'en fais, mais je sais que lorsque j'en subis une, ma journée est une perte totale. 
Cela commence par une douleur ressentie d'un seul côté de la tête. Parfois à gauche, parfois à droite, ça varie chaque fois et elle est localisée près d'un oeil. Une douleur intense me donnant comme des pulsations sur les tempes. Parfois, j'ai tellement mal que j'ai envie de me donner des coups de poing à la tête afin de tenter de diminuer la douleur. La migraine me donne aussi mal au cou et parfois, j'ai l'impression que seul un massage de cette région peut me soulager.
Alors, je prends des Tylénols, parfois des Advils, afin de tempérer ma douleur. Ça ne marche pas toutes les fois, eh oui, j'abuse des analgésiques. Quand j'ai mal, je ne m'endure plus. C'est inévitable, lorsque j'ai une migraine, je ne suis plus fonctionnelle. Je suis de celles qui n'arrivent plus à fonct…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…