Accéder au contenu principal

Les éducateurs (trices) sont-ils sous-payés?

À 17 ans, quand j’ai décidé d’aller faire des études en éducation à l’enfance c’était honnêtement une façon détournée de m’en aller loin de chez mes parents (bon Québec c’est juste 1h lol) surtout pour pouvoir vivre mon orientation.  Ok c’est peut-être une raison un peu banal mais à l’époque c’était hyper important que changement dans ma vie. J’avais pris éducation à l’enfance parce que y’avait de la job en sortant qu’on  disait et comme je ne voulais pas nécessairement revenir dans mon patelin…

J’ai fait mon petit bonhomme de chemin dans le monde des garderies. Aussi banalement que ca puisse paraitre, j’étais juste contente de travailler et d’être payée plus cher que mon père qui n’a pas de diplôme collégial. Je trouvais cela impressionnant d’être payée 15, 16, 17$... Plusieurs fois, j’entendais le milieu se plaindre que nous n’étions pas assez payées et même si c’est vrai que ca l’aurait été bien d’être plus payées, j’étais juste contente d’avoir une paye plus grosse que mon père. J’étais heureuse de pouvoir m’acheter une TV 32 pouces (avec un gros cul dans le temps) par moi-même. J’étais heureuse de me débrouiller par moi-même et non devoir avoir l’aide de mes parents, la liberté quoi!

Depuis, je suis retournée a l’école dans un domaine plus difficile et moins stable soit la muséologie, je vois les choses autrement. J’ai presque le même salaire que j’aurais en CPE. Voila que je tombe sur un article de la Presse qui se demande si les éducateursne sont pas sous payés. Avec le recul et l’expérience de vie, je me mets finalement du côté des gens qui trouvaient qu’on n’était pas assez payés. Avec toutes les tâches associées à celle de l’éducateur auprès de la petite enfance, je ne comprends pas encore que certains parents continuent à comparer le métier à un gardien d’enfant. C’est fini ce moment la où c’était mélangeant. Le titre a évolué avec le temps passant de gardien d’enfants à éducateur en service de garde (je suis de cette époque) à éducateur à l’enfance. Le titre a pris plus d’importance dans le vocabulaire que sur le plancher des vaches.

Le développement de l’enfant se fait en accéléré dans les premières années de sa vie. Comme la vie amène les parents à travailler les deux plus souvent qu’autrement, la personne qui passe ses journées avec l’enfant est une personne très importante à son développement. Un gardien d’enfant, ca fou des jeux libres aux enfants, ca les mets devant un film l’après-midi, ca va au parc et ca s’assoit sur le banc à regarder son cellulaire… Un gardien ca le dit, ca garde!

Moi, être éducatrice c’est :
  • -      Transformer une activité banale en une séance théâtrale grâce à a un poncho et un masque a plume en créant le Roi Plumeau

  • -      Verbaliser avec les enfants les émotions que ces derniers ressentent. Prendre le temps de les faire verbaliser et comprendre ce que certains parents (dans le rush de la routine de semaine) n’ont pas toujours le temps de faire.

  • -      Rendre chaque enfant égal (même si parfois c’est difficile on ne se le cachera pas). De faire sentir à chaque enfant qu’il peut accomplir des tâches, qu’il peut être aimé…

  • -      Prendre le temps de planifier des activités qui toucheront toutes les sphères de développement. Des activités de motricité fine en passant par les activités physiques et des créations théâtrales.

  • -      C’est monter des projets avec des enfants en leur montrant les étapes à suivre pour le mener a bon terme. Monter une pièce de théâtre de blanche neige et les 7 neiges en fabriquant les décors, en mettant de l’énergie pour apprendre une phrase, pratiquer! Et montrer avec fierté le résultat!

  • -      Développer une relation particulière avec son groupe. Amener le groupe s’appartenir et a s’entraider.

  • -      Faire des heures supplémentaires pour préparer l’activité de demain, compléter le porte-folio que l’enfant aura en souvenir à la fin de l’année ou compléter le document concernant l’évolution de l’enfant… l’éducateur ne corrige pas de devoir mais fait plusieurs tâches hors de ses heures.


Un gardien d’enfant ne mettra pas autant d’énergie. Un éducateur oui! Par plaisir, par amour de voir les enfants s’épanouir plus l’année avance. Ce qui me marquait quand je travaillais en CPE c’était l’évolution des enfants au courant de l’année. C’était tellement gratifiant de voir les améliorations…

Les éducateurs sont-ils sous payes? Définitivement oui. Autant les professeurs demandent des augmentations prétextant des heures de surplus non payes ou des conditions de travail plus complexe avec les problèmes médicaux des enfants (autiste, dysphasie, etc.) qui composent leurs groupes, l’éducateur devrait avoir le même droit car lui aussi voit de plus en plus des cas précoces de problèmes médicaux chez les enfants préscolaire et lui non plus ne compte pas ses heures quand vient le temps de terminer une taches…


L’éducateur est-il sous-payé? Oui!



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…