Accéder au contenu principal

Animaux VS CHSLD

Bianca Longpré, ca vous dit quelque chose? Outre le fait que c’est la femme de François Massicotte, elle est l’auteur du texte qui a fait un tel scandale dans les médias récemment « T’as pas d’enfants, tu m’en dois une. » Malgré la controverse associée à ce texte, Mme Longpre continue d’écrire et elle a récidivé. Son plus récent texte «  La SPCA ne voulait pas de magrand-mère » passera sans doute plus inaperçu que le précédent mais il ne passera pas invisible aux yeux des défenseurs des animaux.

Je vous invite à lire le texte tout d’abord pour vous faire votre propre idée. La base du texte est censée et bien dit. Les soins donnés aux aînés devraient être mieux et je ne conteste pas du tout ses affirmations émises dans son texte. Là où mon cerveau a titillé c’est lorsque Mme Longpré mentionne avoir visité un refuge. Elle y mentionne que « les chiens font des promenades. Il y a des donateurs pour la nourriture. » Elle mentionne qu’il y a des bénévoles autant chez les vétérinaires ou le public en général et des soupers bénéfices. Elle termine avec un beau : « L’empathie, on l’a pour les animaux. C’est beau à voir. »

Je ne comprends toujours pas pourquoi les gens, pour trouver une raison des malheurs de la société, remettent toujours ces derniers sur le dos des animaux?  Le Québec a décidé comme projet de société de payer ses programmes sociaux avec ses impôts. Les animaux n’ont pas cette chance et encore là, ils viennent à peine de voir leurs droits améliorés en étant considérés comme des êtres vivant au lieu des meubles. Il est facile de blâmer les animaux quand quelque chose ne va pas bien. Qui a salit le divan? Le chien! Qui a mangé mon lunch sur la table? Le chien! Qui fait en sorte que nos aînés ont des conditions très discutables dans les CHSLD? Le chat! Toujours les animaux. Comme si les problèmes de la vie étaient de leur faute!

Mme Longpré, que vous critiquiez la gestion gouvernementale des soins de nos aînés est tout à fait louable et tout le monde devrait le faire mais de comparer la situation de ces derniers avec les animaux, c’est un pas que je ne franchirais pas.

Même si vous avez trouvé le refuge que vous avez visité propre et accueillant, savez vous que la plupart des animaux qui y entre n’en sortiront jamais?  Les animaux mis en adoption ne sont que la pointe de l’iceberg! Plusieurs d’entre eux n’auront pas la chance de respirer la propreté et de faire de jolies promenades. Pourquoi? Parce qu’il y en a trop! Trop d’abandon à chaque année, trop de gens qui ne stérilise pas leur animal, trop, trop, trop. Donc, le choix qui reste pour les refuges est la mise à mort de millier d’animaux pour pouvoir donner la chance à une poignée d’entre eux d’avoir une nouvelle chance! Oui, les refuges peuvent recevoir quelques subventions très subjectives pour le fonctionnement mais ils fonctionnent majoritairement par donation. Est-ce un drame que des gens fassent des dons de nourritures, de couverture ou autre chose pouvant aider le refuge à rendre la vie des rares chanceux plus agréable?

Vous mentionnez que l’ont va finir dans un endroit pire qu’un refuge pour chien. Vraiment? Nos aînés sont-ils mis a mort quand ils sont trop nombreux? Je ne parle pas de l’aide à mourir dans la dignité mais de mis a mort. Nos aînés sont-ils discriminés par leur apparence ou leur caractère facile pour éviter de mourir?

Je suis consternée à chacune des histoires malheureuses qui arrivent dans les CHSLD mais je le suis encore plus quand je vois quelqu’un comparer la situation avec les soins donnés aux animaux. J’ai lu plusieurs commentaires en dessous de votre texte de gens qui mentionnait que « même les vaches sont mieux traites. Si la vache d’un fermier est malade, c’est le vétérinaire qui se déplace [contrairement aux personnes âgées contraintes de se présenter à l’urgence]. Ce que votre comparaison fait c’est de mélanger le débat. Si mon chien est malade, JE dois débourser de ma poche l’argent nécessaire pour le faire soigner. Le gouvernement ne peut pas aider mon animal et si je n’ai pas les moyens de le soigner, quelles options reste-il à bas prix? L’euthanasie. Oui, parfois les gens souffrant veulent mourir dans la dignité pour abréger leurs souffrances mais l’animal qu’on pourrait sauver qui doit mourir faute d’argent, c’est mieux? Tant que les gouvernements ne feront pas le choix de mettre l’argent où il se doit, il y aura toujours des ratés. Ou payer de notre poche pour de meilleurs soins pour nos parents et grands-parents.

En conclusion, si vous pensez que la société a plus d’empathie pour les animaux, c’est que vous ne connaissez pas votre sujet ou que vous n’avez pas fait de recherches approfondies. Si la société était aussi empathique envers les animaux, le Québec ne serait pas le champion des abandons et les cas de cruauté envers les animaux n’existeraient pas. Les refuges n’accueillent pas seulement de vieux animaux mais surtout des animaux dans la fleur de l’âge voir bébé et ils sont pour la grande majorité condamné à mourir sans dignité, mis à mort car trop nombreux. Est-ce que j’aimerais finir ma vie dans un refuge pour animaux juste parce que ca sent bon? C’est vouloir se contenter de peu…


P.S. En écrivant se texte, je ne veux en aucun cas diminuer les besoins criants que les personnes âgées subissent dans les CHSLD. Il y a des ratés que le gouvernement devrait effectivement s’occuper!


P.S. Mme Longpré n’a pas écrit un texte complet sur la comparaison entre les CHSLD et les refuges mais puisqu’elle a tendu une petite perche j’en ai profité pour faire ce texte d’opinion.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…