Accéder au contenu principal

Épargner et travailleur autonome = possible?

Depuis quelques semaines, une publicité à la télévision circule. Elle met en scène un homme qui célèbre sa retraite avec les collègues de travail. Ces derniers lui offrent une belle grosse montre où il est écrit bonne retraite à l’arrière. On voit l’homme revenir chez lui, piteux, seul. Pour finalement le voir aller revendre la montre dans un « Pawn Shop » parce qu’il a de la misère à joindre les deux bouts. D’ailleurs, le slogan de la publicité c’est justement cela. Après avoir travaillé tant d’années, on ne devrait pas avoir de la difficulté à joindre les deux bouts.

Cette publicité m’a touché droit au cœur surtout par mon statut de travailleur autonome. Je n’ai que 33 ans. Certains diront que c’est jeune mais cela se fait tard quand même pour cotiser pour mes vieux jours. Je n’ai pas été atteinte par ce devoir de cotiser pour pouvoir « bien » vivre plus tard que depuis que je suis travailleur autonome ces deux dernières années. Avant cela, je profitais de la vie, je dépensais… d’ailleurs, avec l’achat de la maison, je n’ai jamais été aussi conscientisé aux attentions que je dois faire concernant mon argent et le crédit qui est facile à avoir dans la vie.

J’ai vécu un épisode dans ma vingtaine où j’ai du faire une consolidation de dette. J’avais tellement de trucs partout que je n’arrivais pas à m’y retrouver. C’était si facile avoir une carte de crédit. Je n’avais pas conscience qu’à chaque fois que quelqu’un regardais mon crédit, cela pouvait l’affecter. Non, je voulais la MasterCard avec le signe du Canadiens de Montréal au Centre Bell, j’ai rempli le papier et paf, j’avais une carte de crédit de plus… On était enseveli par la facilité d’avoir du crédit. On recevait des publicités où on nous montrait la facilité d’acheter tout ce qu’on voulait. On ne nous expliquait pas cependant les risques associés à ce crédit. J’étais de celles qui se sont laissé tenter et je m’en suis brûlée les doigts. Heureusement, j’ai pris mes responsabilité et j’ai payé mon du…

Ce qui me ramène à l’idée de cotisation pour mes vieux jours. Avant l’an passé, je n’avais que 200$ de REER placé il y a plusieurs années pour sauver quelques cennes d’impôt. J’étais loin de me douter que je passerais presque 10 ans sans cotiser de nouveau. Ce n’est pas les recommandations de mes parents et beaux-parents qui ont manqué. C’est tellement facile de dire oui oui et de passer son chemin pour éviter de discuter. C’est devant la réalité que tu te rends compte des faits. Je n’ai rien pour mes vieux jours! Ce n’est pas que je ne pourrais pas. Je dois gérer l’argent que je reçois pour mes impôts, je peux en mettre dans des REER pour ainsi en sauvé. Pourquoi je ne le faisais pas? C’est une question d’habitude et de discipline je suppose. Gérer moi-même mon argent pour mes impôts c’est un défi à tous les mois car je vois l’argent que je mets de côtés…


Plusieurs solutions s’offre à moi et je vais d’ailleurs discuter avec mon conseiller financier prochainement pour trouver la meilleure approche. Car c’est maintenant ou jamais de cotiser pour mes vieux jours si je veux avoir une vie décente. J’ai beau avoir une copine qui a une excellente job avec fond de pension et qui cotise à un REER depuis des années, je dois prévoir mes vieux jours quand même. On ne sait jamais ce que la vie nous réserve. Mieux vaut tard que jamais diront certains. Vieillir amène la sagesse parfois…. ;)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

La recherche d'emploi

Voilà un titre poche. Sans âme et très simple. Un peu comme mon énergie et mon enthousiasme ces jours-ci.






Ce n'est un secret pour personne autour de moi, je cherche un nouvel emploi. Je suis épuisée d'être travailleur autonome avec un statut précaire. Depuis des mois, j'envoie des CV dans l'espoir de pouvoir poser pieds à terre, pour longtemps. 


Pourtant, pour la première fois de ma vie, je n'ai jamais eu autant de difficultés à trouver un emploi. Même les garderies, où j'ai presque 10 ans d'expérience, ne me rappelle pas. J'ai revu mon CV. Je l'ai fait changer par une connaissance ayant de l'expérience dans les ressources humaines. Rien.


En fait, ce n'est pas tout à fait vrai. J'ai bien reçu des appels. Cependant, les salaires ne me convenaient pas selon mon mode de vie. Parce qu'il est là le problème primaire, j'ai un mode de vie qui demande un certain salaire. Comment peut-on espérer trouver un emploi plus convenable quand la moy…