Accéder au contenu principal

Le deuil d'un idole...

Je n’avais jamais pensé vivre ce genre de deuil ou du moins cette réflexion. Pour moi, c’était mon idole, je la voyais dans ma soupe. J’étais si heureuse de me faire connaître par elle. À une certaine époque, je pouvais dormir dans une voiture entre deux villes pour aller la voir en show deux soirs de suite. Aujourd’hui, je ne sais pas comment l’expliquer mais je ne me « garoche » plus pour ces spectacles et ses albums. J’ai vieilli… mais elle a vieilli aussi. Je ne dis pas cela de façon péjorative mais en vieillissant, nos intérêts s’éloignent. Elle a décidé d’exploiter un côté jazz anglophone alors que je suis restée dans le franco-pop-funk. J’ai beau essayer de m’intéresser parce que j’aime l’artiste qu’elle est et même si j’ai aimé quelques chansons, je dois admettre que l’intérêt n’est pas là avec son changement de musique…

Je dois bien avoir vu au 20-25 shows de mon idole au courant de ma vie. Je courais tous les festivals que je pouvais. Je courais toutes les salles où je pouvais me rendre. Je pouvais revoir le même show jour après jour et je planais de bonheur à chaque fois. Les gens qui me connaissent m’associent tout simplement à elle depuis le temps que je la suis…

Aujourd’hui, j’envisage de bouder le spectacle qu’elle fera dans ma ville non pas parce que j’ai quelque chose contre elle au contraire mais le spectacle jazz-anglo-intime qu’elle y présentera ne m’attire pas. Oui, elle fera sans doute quelques succès mais je ne sais pas. J’ai envie d’y aller mais en même temps non. C’est juste dans 1 an, j’ai le temps de changer d’idée mais pour le moment on dirait que ça ne m’enivre pas. En date d’aujourd’hui, j’ai l’impression que si je vais voir le show ce n’est que pour la voir à la fin et lui parler.

Et penser comme ça, ça me pince le cœur. Comme si je faisais un deuil d’une partie de ma jeunesse. Ce n’est pas comme si mon idole était une vedette internationale comme celle de ma copine. Une idole que tu vois de passage au 2-3 ans et que tu ne rencontreras sans doute jamais. Mon idole, je l’ai connu de près. Je l’ai suivi longtemps et chaque fois qu’on se voyait après un show, elle savait j’étais qui. Un fan parmi d’autre sans doute mais, elle connaissait mon nom, elle reconnaissait qui j’étais. On se parlait par courriel. C’était unique. Elle me faisait sentir unique. Qui pouvait se targuer d’être connu par un(e) artiste?


Maintenant, bien que le l’apprécie toujours autant, tant dans son talent musical que par sa personne, je me sens me détacher et ça me touche. Après tant d’année à la suivre, j’ai le sentiment d’abandonner quelque chose, une partie de ma jeunesse et de mon début de vie adulte (et qui sait qu’elle n’a pas besoin de moi pour vivre…). Je n’arrêterai jamais de l’encourager et de la suivre malgré tout mais l’engouement d’investir temps et argent pour elle a changé. Je choisis maintenant le « timing » et surtout le contenu. Mais elle restera sans doute le plus beau temps de ma jeune vie d’adulte, grisante et enivrante. Ce n’est pas fini mais la vie m’amène ailleurs. Elle aura toujours une place particulière dans mon cœur… même si je sens le deuil de mon fanatisme commencer, je ne ferai jamais le deuil de l’artiste que j’ai aimé, et que j’aime encore mais à un autre degré! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Je suis migraineuse

J'ai eu une migraine hier.
J'ai de la difficulté à expliquer pourquoi j'en fais, mais je sais que lorsque j'en subis une, ma journée est une perte totale. 
Cela commence par une douleur ressentie d'un seul côté de la tête. Parfois à gauche, parfois à droite, ça varie chaque fois et elle est localisée près d'un oeil. Une douleur intense me donnant comme des pulsations sur les tempes. Parfois, j'ai tellement mal que j'ai envie de me donner des coups de poing à la tête afin de tenter de diminuer la douleur. La migraine me donne aussi mal au cou et parfois, j'ai l'impression que seul un massage de cette région peut me soulager.
Alors, je prends des Tylénols, parfois des Advils, afin de tempérer ma douleur. Ça ne marche pas toutes les fois, eh oui, j'abuse des analgésiques. Quand j'ai mal, je ne m'endure plus. C'est inévitable, lorsque j'ai une migraine, je ne suis plus fonctionnelle. Je suis de celles qui n'arrivent plus à fonct…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…