Accéder au contenu principal

Le Québec est-il assez ouvert pour la nouveauté? La réalité?

Je ne suis pas une écouteuse de téléroman ou de série de la télévision québécoise en générale. Je les trouve tous semblable et prévisible. Souvent, on met en scène des familles hétérosexuelles vivant des difficultés relativement de base comme tous les mortels. Rien qui me touche personnellement. Ma vie peut ressembler à plusieurs vies des personnages de téléroman mais on est loin de ma réalité. Où sont les personnages homosexuels? Où sont les personnages non stéréotypés dans les séries et téléromans?

Le Québec se vante souvent d’être avant-gardiste au niveau culturel mais est-il vraiment prêt à bousculer son image typique de ce qu’est un couple? Une famille? Toutes les histoires homosexuelles dans les séries ou téléromans sont soit bourrées de stéréotypes (gars efféminé, femme extra masculine), axées sur le sexe des personnages ou sans importance voir figurantes. Il n’existe pas beaucoup d’histoires télévisuelles axées sur une relation homosexuelle (gars ou fille) qui met en importance cette dernière. La seule histoire que je me souvienne qui avait pris un peu d’importance c’était celle de Sam et Stella dans la série Diva. Malheureusement, l’une d’entre elle se tuait à la fin tuant ainsi ce qui aurait pu être une histoire intéressante. Comme je mentionnais dans mon billet précédent, soit le couple n’est pas important dans l’histoire, soit, s’il l’est, on le fait mourir par n’importe quelle façon (mort, séparation, etc.).

Heureusement, j’ai découvert The Fosters. C’est une série américaine dont l’histoire se base sur le couple de fille Stefanie et Lena. Elles sont familles d’accueil et ont déjà adopté deux enfants. On y voit leur vie de famille, les hauts et les bas. On voit la réalité de plus en plus présente dans la société soit avoir des parents de même sexe. Malheureusement, la série se vend en DVD mais seulement en anglais, même pas de sous-titre en français. Le Québec serait-il prêt à ce genre de série? Aurait-elle le même succès qu’elle a aux États-Unis? On a beau prétendre que le Québec est ouvert mais on projette souvent beaucoup plus ce qu’on a appris. Plusieurs communautés visibles se plaignent de ne pas être plus représenté à la télévision québécoise, mais qu’en est-il des communautés invisibles comme nous? Pourquoi ne pas faire comme The Fosters (ou demander les droits et en faire la traduction pour le présenter ici) qui met en scène des blancs, des métisses, des latinos et des lesbiennes et gais, tous dans la même famille!

Ce que j’aimerais de la télévision québécoise c’est plus d’audace! J’aimerais qu’elle ose plus pour toucher des sujets sensibles. Elle a bien réussi avec Unité 9 (qui est la seule série que j’écoute). Cette série touche un sujet qui existe mais que la majorité ne connaît pas soit la vie en prison. Démontrer que dans la vraie vie il n’y pas juste des familles avec un papa et une maman et que celle-ci peut être aussi heureuse ou avoir autant de difficultés que les familles hétérosexuelles. La réalité maintenant c’est plus de famille recomposée, c’est plus d’enfants ayant des parents de même sexe, c’est plus de différence que l’image « straight » de la vie de famille que la télévision nous montre plus souvent qu’à sont tour.


Le Québec est-il prêt à ce genre de nouveauté? S’il se proclame créatif et ouvert d’esprit, il devrait. Maintenant, qui osera?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…