Accéder au contenu principal

Les trois types de relations lesbiennes véhiculées dans les émissions de télévision


Depuis près d’un an, je m’intéresse de plus en plus au sujet de l’image qu’est véhiculée dans les émissions de télévision de la communauté lesbienne. Je me suis intéressée au sujet surtout depuis la fameuse saga de Lexa dans The 100. Si tu n’as pas écouté la série The 100, Supergirl, The Fosters, Pretty Little Liars ou Grey's Anatomy, et que tu ne veux pas savoir ce qui se passe, saute mon billet. Parce que j’ai décidé de mettre en lumière mes observations sur les différents types de relations lesbiennes véhiculées dans les émissions de télévisions. La majorité des relations lesbiennes présentées ne diffère pas d’avec celles hétérosexuelles standards, mais j’ai analysé certaines dans l’optique de la lesbienne engagée et très sensible au cheminement que plusieurs personnes font quotidiennement. Donc, voici mes trois types de relations recensées depuis que je m’intéresse de plus en plus à la situation.


11-   La mort ou disparition

Résultats de recherche d'images pour « Clexa »
Voilà ma première impression d’une relation lesbienne dans une émission de télévision. C’est la première que j’ai vraiment suivie assidument pour réaliser que ce n’était pas la première fois qu’on tuait l’un des personnages lesbiens d’une émission. Dans The 100, l’histoire d’amour entre Clarke et Lexa a évolué au fil des émissions. Ce n’était pas une relation axée sur le sexe et le rapprochement des deux personnages s’est fait beaucoup plus tard. Cependant, nous pouvions voir l’évolution de l’attachement des deux femmes, l’une envers l’autre. Cette relation a culminé par une scène d’amour que tous les fans de l’émission espéraient depuis longtemps… jusqu’à ce qu’on tue le personnage de Lexa dans le même épisode. Belle douche froide pour les fans de l’émission. Cela a fait un tollé sur les médias sociaux au point que le réalisateur et l’actrice personnifiant Lexa ont dû faire une sortie pour calmer les ardeurs. Lexa n’est pas le seul personnage ayant une attirance pour les femmes à être morte. Sara Lance de la série Arrow a subi le même sort.



Résultats de recherche d'images pour « calizona »
Il n’y a pas juste la mort qui afflige les personnages lesbiens. Des séries télévisées, ça peut être long parfois et les actrices prennent des fois le choix de quitter la série ou de prendre une pause. C’est le cas de Sara Ramirez qui jouait le rôle de Callie Torres dans Grey’s Anatomy. La relation que ce personnage entretenait avec Arizona avait ses hauts et ses bas, mais elles étaient devenues des personnages centraux de l’émission. Le départ de Sara Ramirez a mené le personnage de Callie Torres à déménager très loin, brisant ainsi toutes les chances de revoir le couple Calizona revenir ensemble.

Comme je disais, une série télévisée cela s’étale parfois sur plusieurs années. Je comprends très bien que cela peut occasionner des départs souvent controversés. On s’attache aux personnages et en tant que lesbienne, on s’identifie souvent à ces personnages aimant les femmes. Leur disparition attriste, mais devrait surtout être perçue comme ayant eu un impact majeur sur l’histoire.

2
L2- La mêlée

Résultats de recherche d'images pour « Emison Paily »Voilà un autre aspect des relations lesbiennes que j’ai remarqué. Je l’ai surtout remarqué dans l’émission Pretty Little Liars avec Emily dont le cœur balance toujours entre une et l’autre. Il n’est jamais possible de bien cerner ce qu’elle ressent vraiment. Elle passé d’une relation à une autre alors que tous les autres personnages hétérosexuels ont gardé leur couple stable. Emily semble toujours tenir des sentiments pour son amie Alison qui, selon moi, la manipule depuis le début. Ou bien Alison cache bien ses sentiments, ou bien elle manipule Emily dès que cette dernière s’éloigne ou s’intéresse à quelqu’un d’autre. Avec cela, des femmes qui aiment vraiment Émily comme Paige, par exemple, se voient confrontées constamment à l’abandon et au rejet. Ça devient frustrant à écouter.

Ce genre de relation est pire selon moi que la mort et la disparition. Elle démontre toute l’ambigüité des sentiments et le stéréotype de la lesbienne ne sachant pas trop ce qu’elle veut ou dont les relations ne durent jamais longtemps. Bref, c’est le type de relation présenté que je préfère le moins. Si j’avais à choisir entre les deux, je prendrais la mort et la disparition bien avant.


33-   La saine

Voilà celle que je préfère, évidemment. Elle n’exclut pas les difficultés qu’un couple peut avoir, mais démontre que même les lesbiennes peuvent affronter ensemble les problèmes et les surmonter. Je pense ici à deux séries en particulier soit Supergirl et The Fosters.

Résultats de recherche d'images pour « The foster »Dans The Fosters, nous suivons l’histoire de deux femmes, en couple depuis des années et qui ont trois enfants, au départ. L’un est biologique et les deux autres adoptés. Ces deux femmes accueillent deux enfants de plus dans leur famille et l’histoire tourne autour de toute la vie de famille avec ses hauts et ses bas. C’était la première fois qu’on pouvait voir une histoire sur l’homoparentalité et j’ai beaucoup apprécié de voir l’amour qui unit le couple malgré les épreuves. Rendue à la deuxième moitié de la quatrième saison, je trouve l’histoire un peu redondante ou du moins un peu moins passionnante que les trois premières saisons, mais cela reste un « must » pour l’image de la famille homoparentale.

Résultats de recherche d'images pour « alex and maggie »Ma relation préférée reste celle dans Supergirl de Maggie et Alex. J’ai beaucoup apprécié comment les créateurs de la série ont amené cette relation. Nous avons pu voir tout le cheminement qu’Alex a fait sur sa personne pendant plusieurs émissions, sur ses questionnements envers ses sentiments face à Maggie et son « coming out ». Peut-être est-ce parce que je me suis retrouvée un peu dans ce processus d’acceptation de son orientation. Rajoutez à cela une saine collaboration entre les deux personnages, du respect et bien sûr de l’amour, vous avez devant vous l’une des plus belles relations lesbiennes télévisuelles.




En terminant, sachez que ce billet n’était pas pour critiquer l’une ou l’autre des relations, mais seulement de mettre en lumière les possibilités. Vous remarquerez qu’avec beaucoup de bonheur, la représentation lesbienne dans les émissions de télévision n’a jamais été aussi flagrante je trouve. Si j’étais adolescente, aujourd’hui, en plein rétrospection et cheminement d’acceptation, je serais heureuse de pouvoir me retrouver dans des personnages.

Mention honorable à Orange is the new black, Wentworth et Unité 9. On peut conclure que dans les prisons, les histoires d’amour entre femmes sont monnaie courante.



Mention pour les séries québécoises, de plus en plus de personnages lesbiens font leur marque. Jacythe Taillon de Victor Lessard et  Flavie Hamelin-Berthier de Mémoires Vives en sont deux parmi plein d’autres.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…