Accéder au contenu principal

La visibilité d'un roman lesbien

Je suis une jeune auteure, récemment éditée chez la jeune maison d'édition Homoromance Édition. Mon livre a trois semaines à peine, mais les ventes dans mon entourage vont bien. Je dois bien être rendue à au moins trente livres de vendus (mon entourage et les commentaires sur internet). Trente, ce n'est pas beaucoup, mais c'est déjà plus que mes bêta-lecteurs!


Je n'ai pas fait cela pour l'espérance de vivre de l'écriture. J'avais surtout un besoin de passer sur ma déception d'une série télévisée qui n'avait pas été comme je l'aurais voulu. Je ne voulais pas créer ce qu'on appelle dans le jargon une "fanfiction", mais j'avais besoin de créer une histoire entre deux femmes au fort caractère et leader qui se terminait sur une note positive. De là est né "Au-delà du devoir".




Depuis trois semaines, les gens de mon entourage achètent mon roman (par intérêt ou par encouragement lol) grâce au bouche à oreille. Ensuite, jeudi passé, j'ai fait une vidéo avec le Réseau des lesbiennes du Québec qui passera sur leur page Facebook en juillet (et sûrement partagée par plusieurs autres). Cette capsule d'environ deux minutes a pour but de faire connaitre des lesbiennes de tous les horizons, de tous les âges et de tous les métiers au Québec. Par ricochet, j'en ai profité pour parler de mon roman. 


Prochainement, Homoromance Édition veut faire un lancement des romans de la boite. Au mois de juillet, nous aurons droit à un lancement dans une bibliothèque du Village gai à Montréal. C'est plutôt excitant surtout que cela arrive au moment où les discussions sur le web concernant la possibilité d'être un jour dans un Salon du livre reconnu (Montréal et Québec par exemple) affluent. Voilà que Kyrian Malone (une auteur prolifique dans les romans lesbiens et créatrice de la page couverture de mon roman) a partagé cet article concernant le Salon du livre de Paris. 


Il est intéressant de constater combien cela peut couter pour simplement avoir un kiosque. Qui va dans ce genre de salon? Les amants de la lecture bien sûr, mais qui va vraiment dans ce genre de salon pour connaitre de nouveaux auteurs? Moi-même, dans le passé, je me suis payé un billet d'entrée pour aller à la rencontre de personnalité du livre (Marc Lévy entre autres). Combien d'auteurs inconnus ai-je ainsi ignorés? Je ne sais pas si les prix sont aussi exorbitants à Montréal et Québec, mais il est normal de se demander si cela vaut vraiment la peine de débourser autant d'argent avec la minime chance de faire des ventes. Surtout pour de la littérature LGBT. 

Alors, que nous reste-t-il pour nous faire connaitre? Les médias sociaux? La publicité? La chance? Je n'ai pas la prétention d'espérer vivre de mon écriture. Je veux tout d'abord continuer à m'amuser à écrire. Mais le but ultime d'un auteur n'est-il pas d'être lu? Est-ce que le fait d'écrire de la romance lesbienne me limite dans mes chances d'atteindre un public plus vaste si je n'ai pas de visibilité comme un salon du livre?

Autant de questions, sans vraiment de réponses. Au lieu de m'apitoyer sur mon sort, je vais aller continuer d'écrire ma nouvelle histoire. Ça ne sert à rien de déprimer quand on a autant de plaisir à créer. ;)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Amenez-en des modèles

Je prends une pause de la correction de mon prochain roman afin de venir vous parler d'un sujet qui me tient à coeur: la présence de modèle LGBT dans l'actualité.

Je le dis souvent, lorsque j'étais adolescente, j'aurais donné n'importe quoi pour avoir des exemples de femmes homosexuelles. Pendant cette étape de ma vie où les questionnements et la négation étaient monnaie courante, j'aurais vraiment souhaité pouvoir m'identifier à quelqu'un.

Depuis ce temps pas si lointain (j'ai quand bien même juste 35 ans), les choses ont évolué énormément. Si on ne considère que le Québec, plusieurs personnalités féminines se sont dévoilées sur leur orientation sexuelle. Les Judith Lussier, Ariane Moffat, Debbie Linch-White et Marie-Andrée Labbée, voilà un bon nombre de femmes s'affichant et devenant par le fait même des modèles pour les jeunes adolescentes en questionnement. Enfin pouvoir mettre un visage sur ce que ressemble une femme homosexuelle : quelqu'…

C'est le temps d'accrocher mon couteau Olfa...

Se fut une belle aventure que c’est aventure là. Parsemée d’embûches et de sacrifices, de haut et de bas. Il y a 8 ans, je prenais la décision de tout lâcher et pour une fois, foncer dans un domaine qui m’intéressait. Un changement téméraire dont j’en suis sortie relativement chanceuse. Travaillant en muséologie depuis 5 ans (dont 4 ans et demi à la même place), j’ai décidé d’accrocher mon couteau Olfa (outil commun pour un TEM). Contractuelle depuis ma sortie de l’école, j’ai réussi à travailler jour après jour dans mon domaine, faisant des découvertes toutes aussi merveilleuses les unes après les autres. Les difficultés fiscales qu’un travailleur autonome peut rencontrer, mêlé à l’instabilité de ma carrière auront eu raison de ma détermination.


Il est maintenant temps pour moi de penser un peu à mon mental et au futur que je souhaite plus stable. J’ai découvert que je n’avais tout simplement pas l’étoffe ambitieuse de me battre dans cette marre contingentée des techniciens en muséolo…