Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du août, 2017

Ma critique du livre Carol, de Patricia Highsmith

J’avais vu le film comme des millions d’autres personnes, mais je voulais lire le livre. J’avais tellement aimé le film, son sujet, son approche, que je voulais vraiment lire le roman duquel il avait été inspiré. J’ai donc acheté le roman Carol, de Patricia Highsmith
J’étais fébrile et excitée. Tout ce qui touche le sujet de l’acceptation de soi ou le temps où l’homosexualité était vraiment mal vue, j’adore. J’ai donc commencé ma lecture avec beaucoup d’enthousiasme. Quelle ne fut pas ma déception de retrouver un livre plutôt difficile à suivre. Au départ, je me disais que c’était parce que j’avais vu le film, mais après réflexion, j’ai trouvé une autre raison qui m’a chicoté tout au long du roman.
En effet, les dialogues m’ont tué. C’était si mélangeant de savoir qui parlait et à quel moment que j’en ai perdu beaucoup des bouts. On ne savait plus si le personnage parlait à haute voix, s’il réfléchissait intérieurement ou si c'était un autre personnages qui réfléchissait. Tout sembl…

Ce que signifie Fierté Montréal pour moi...

Il y a environ 20 ans, j'entâmais consciemment une réflexion intense sur qui j'étais vraiment. Au creux de mon petit patelin de même pas 8000 âmes, je naviguais dans mes pensées et je me questionnais sur ce qui me semblait si bizarre. J'avais des attirances qui semblaient à première vue difficiles à comprendre. J'étais attirée par les femmes. Aussi simple que cela.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été attirée par les filles. M'en rendre consciemment compte ne fut pas nécessairement facile. Il n'y avait aucun modèle connu. Internet était encore à ces premiers balbutiements au modem bruyant. Ce qu'on pouvait entendre sur le sujet était bien mince. Bien que dans ma tête, je me trouvais tout à fait normal d'éprouver des sentiments pour des camarades de classe, j'ai compris rapidement qu'il était mieux que je garde cela pour moi.

Lorsqu'en secondaire un, j'ai osé dire à une amie, plus vieille que moi, que j'étais en a…