Accéder au contenu principal

Ce que signifie Fierté Montréal pour moi...

Il y a environ 20 ans, j'entâmais consciemment une réflexion intense sur qui j'étais vraiment. Au creux de mon petit patelin de même pas 8000 âmes, je naviguais dans mes pensées et je me questionnais sur ce qui me semblait si bizarre. J'avais des attirances qui semblaient à première vue difficiles à comprendre. J'étais attirée par les femmes. Aussi simple que cela.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été attirée par les filles. M'en rendre consciemment compte ne fut pas nécessairement facile. Il n'y avait aucun modèle connu. Internet était encore à ces premiers balbutiements au modem bruyant. Ce qu'on pouvait entendre sur le sujet était bien mince. Bien que dans ma tête, je me trouvais tout à fait normal d'éprouver des sentiments pour des camarades de classe, j'ai compris rapidement qu'il était mieux que je garde cela pour moi.

Lorsqu'en secondaire un, j'ai osé dire à une amie, plus vieille que moi, que j'étais en amour avec, j'ai senti le monde se dérobé sous mes pieds. Je ne blâmerai jamais cette personne, avec qui j'ai heureusement repris contact positivement dans le futur, car n'est-ce pas une réaction normale de repousser l'incompréhensible? Ma tête a alors fait des vagues. J'ai commis et dites des choses que je n'aurais jamais fait  si j'avais compris ce qui se passait en moi. Cet événement m'a suivi bien après le départ de cette amie du secondaire. Venant me hanter plus tard et que j'ai tenté de nier. Pourquoi? 

Pourquoi avoir voulu nier l'évidence au moment où j'étais confrontée par les faits de mon passé? En plein questionnement actif, j'ai compris rapidement qu'il valait mieux que je nie ou garde sous silence mes envies, mes intérêts. J'étais déjà plutôt "reject". J'ai compris immédiatement que je n'aiderais pas mon cas. Les adolescents peuvent être bien méchants...

Tout ce que je souhaitais, c'était de vivre loin de mon patelin pour ainsi pouvoir expérimenter ce que j'appréhendais être moi. Je rêvais de Montréal et de son Village gai. Qui, dans ma situation, ne l'aurait pas rêvé? J'ai finalement atterri à Québec où j'ai enfin pu affirmer ma différence et surtout là où pour la première fois, j'ai pu aimer une femme.

Après mon coming out à ma mère (le 27 décembre 2000), j'ai senti un besoin pressant de m'investir dans la cause. Un besoin d'être une source de positivisme envers des gens qui, comme moi, se posaient des questions envers eux-mêmes. J'étais déchaînée et j'avais des signes arc-en-ciel partout. Je voulais pour la première fois m'afficher, fièrement. J'aurais crié sur tous les toits que j'étais lesbienne. J'étais moi, pour la première fois de ma vie. Vous n'avez aucune idée à quel point ce moment de ma vie, ce passage à Québec, fut libérateur. 

Les années ont passées et je suis passée enfin dans la métropole. J'ai vécu le Village, enfin. Y sortir tous les soirs. Aller jouer au pool au Drugstore. Je vivais la vie que je rêvais au secondaire. J'ai continué un certain temps mon implication dans la cause avec le GRIS-Montréal, mais la vie m'a amené ailleurs quelques années plus tard. 

Je reste encore très attachée à tout ce qui touche le processus d'acceptation, à la cause LGBT. Dès que le sujet revient sur le tapis, je suis la première à tenir le fort pour lui. J'ai longtemps critiqué l'absence de modèles lesbiens dans le monde du showbizz. Encore, il y a un an, je me plaignais de l'absence de personnages centraux lesbiens dans les films et téléséries. En tant que jeune femme qui ne l'a pas eu facile dans sa réflexion, dans sa région natale, j'en voudrais toujours plus afin que les jeunes filles qui passent par les mêmes difficultés que j'ai eues puissent se dire "Wow, je peux être lesbiennes et accomplir grand".

Je ne peux plus me plaindre de l'absence de visibilité lesbienne. Les Judith Lussier, Geneviève Leclerc, Ariane Moffat et les Debbie Lynch-White permettent à la nouvelle génération de pouvoir s'accepter plus facilement en constatant qu'être lesbienne ne devrait pas nuire à devenir quelqu'un d'important! Que j'aurais aimé avoir des modèles comme ceux-ci à l'époque. Et que dire de la présence de personnages centraux dans les émissions de télévision comme Mémoires vives (Flavie), Wynonna Earp (Waverly et Nicole) ou Supergirl (Maggie et Alex) sans oublier le très controversé The 100 (Clarke et Lexa). 

Il n'y a pas si longtemps, rien de cela n'existait. Aucun modèle. Aucun personnage. Le néant. Aujourd'hui, j'écris des romans lesbiens et c'est normal!!!

Cette semaine, nous fêtons la Fierté d'être qui nous sommes. Au-delà du défilé dont tout le monde parle, cette semaine c'est le moment de dire à ceux et celles qui se questionnent qu'il n'est jamais trop tard pour s'aimer tel qu'on est et de croire en soi!


Je suis fière de moi. Fière de mon orientation. Je suis moi. Je suis fière de prendre la main de ma copine dans la rue et de lui démontrer tout mon amour. Soyons fiers et aimons-nous qu'on nous somme!

Bonne Fierté, Montréal! :-) 




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Je suis migraineuse

J'ai eu une migraine hier.
J'ai de la difficulté à expliquer pourquoi j'en fais, mais je sais que lorsque j'en subis une, ma journée est une perte totale. 
Cela commence par une douleur ressentie d'un seul côté de la tête. Parfois à gauche, parfois à droite, ça varie chaque fois et elle est localisée près d'un oeil. Une douleur intense me donnant comme des pulsations sur les tempes. Parfois, j'ai tellement mal que j'ai envie de me donner des coups de poing à la tête afin de tenter de diminuer la douleur. La migraine me donne aussi mal au cou et parfois, j'ai l'impression que seul un massage de cette région peut me soulager.
Alors, je prends des Tylénols, parfois des Advils, afin de tempérer ma douleur. Ça ne marche pas toutes les fois, eh oui, j'abuse des analgésiques. Quand j'ai mal, je ne m'endure plus. C'est inévitable, lorsque j'ai une migraine, je ne suis plus fonctionnelle. Je suis de celles qui n'arrivent plus à fonct…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…