Accéder au contenu principal

Cib***! Ça va les gars?



Nous avons toute une semaine concernant les inconduites sexuelles de nos personnalités québécoises. Après Éric Salvail, voilà qu’aujourd’hui, Gilbert Rozon, propriétaire de Juste pour rire, et Gilles Parent, animateur de radio de Québec, ont été mis à la une dans les médias pour les mêmes raisons. J’avais écrit le texte ci-dessous avant que tout cela sorte, mais on peut dire que c’était quand même un peu d’actualité… 

Depuis plusieurs mois, je vois souvent des textes dans des blogues ou sur Facebook dénonçant certaines pratiques douteuses de "flirtage" des hommes sur internet. Je parle ici de la présentation, souvent à froid, de photos de leurs attributs inférieurs. Est-ce que les hommes sont aussi bestiaux que cela ? Je vous pose la question parce que je ne m’y connais pas en frais de mâles. Selon ce que je lis, c’est une pratique répandue d’envoyer des photos de son phallus à la gent féminine même lorsque cette dernière n’a rien demandé. Qu’est-ce qui pousse les hommes à croire qu’à la vue de leur engin, les femmes accoueront vers eux ? J’ai de la difficulté à comprendre pourquoi un homme sensé et respectueux de lui-même ferait un geste comme ça.

La question pourrait être posée plus largement. Outre le fait d’être imbus d’eux-mêmes, qu’est-ce qui pousse les gens à s’afficher aussi sexuellement parlant sur internet ? Je sais que la nouvelle génération est plutôt médias sociaux. Elle ne vit que par le web. Combien de fois la nièce de ma copine préférait-elle son cellulaire ou son ordinateur à une conversation avec nous ? C’est la mode et je la comprends. Je suis moi-même accroc au web en quelque sorte. Cependant, jamais je n’ai eu l’idée de présenter des parties intimes de mon corps sur la toile !

J’ai un profond malaise lorsque je vois des jeunes femmes, sur les pages Facebook de lesbiennes, se présenter avec des photos où leur poitrine est plus présente que leur visage. Je comprends ce désir de plaire, mais aussi publiquement ? Et si je recevais en privée une photo de la vulve d’une pure inconnue ? Comment peut-on avoir envie de discuter avec quelqu’un alors que l’on imagine cette dernière que par sa partie intime partagée ?


Je ne comprends pas la mentalité des hommes. C’est peut-être pour ça que je suis lesbienne. Blague à part, je compatis avec toutes les femmes qui doivent affronter un tas de photos de pénis non désirés. Je suis de tout cœur avec vous, mesdames! 

Je vous laisse avec ma citation préférée sur Twitter aujourd'hui. Elle vient d'un journaliste sportif de Québec et dégage un peu l'émotion générale qu'on a cette semaine... 


Commentaires

  1. Je répondrai Ciboire! Ça va les gars? Merci Judith pour ton article :)

    RépondreSupprimer
  2. Encore ce matin, une autre dénonciation avec l'éditeur québécois Michel Brûlé... je salue les dénonciations, mais ça va finir quand?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.
Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus cha…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

La recherche d'emploi

Voilà un titre poche. Sans âme et très simple. Un peu comme mon énergie et mon enthousiasme ces jours-ci.






Ce n'est un secret pour personne autour de moi, je cherche un nouvel emploi. Je suis épuisée d'être travailleur autonome avec un statut précaire. Depuis des mois, j'envoie des CV dans l'espoir de pouvoir poser pieds à terre, pour longtemps. 


Pourtant, pour la première fois de ma vie, je n'ai jamais eu autant de difficultés à trouver un emploi. Même les garderies, où j'ai presque 10 ans d'expérience, ne me rappelle pas. J'ai revu mon CV. Je l'ai fait changer par une connaissance ayant de l'expérience dans les ressources humaines. Rien.


En fait, ce n'est pas tout à fait vrai. J'ai bien reçu des appels. Cependant, les salaires ne me convenaient pas selon mon mode de vie. Parce qu'il est là le problème primaire, j'ai un mode de vie qui demande un certain salaire. Comment peut-on espérer trouver un emploi plus convenable quand la moy…