Accéder au contenu principal

Cib***! Ça va les gars?



Nous avons toute une semaine concernant les inconduites sexuelles de nos personnalités québécoises. Après Éric Salvail, voilà qu’aujourd’hui, Gilbert Rozon, propriétaire de Juste pour rire, et Gilles Parent, animateur de radio de Québec, ont été mis à la une dans les médias pour les mêmes raisons. J’avais écrit le texte ci-dessous avant que tout cela sorte, mais on peut dire que c’était quand même un peu d’actualité… 

Depuis plusieurs mois, je vois souvent des textes dans des blogues ou sur Facebook dénonçant certaines pratiques douteuses de "flirtage" des hommes sur internet. Je parle ici de la présentation, souvent à froid, de photos de leurs attributs inférieurs. Est-ce que les hommes sont aussi bestiaux que cela ? Je vous pose la question parce que je ne m’y connais pas en frais de mâles. Selon ce que je lis, c’est une pratique répandue d’envoyer des photos de son phallus à la gent féminine même lorsque cette dernière n’a rien demandé. Qu’est-ce qui pousse les hommes à croire qu’à la vue de leur engin, les femmes accoueront vers eux ? J’ai de la difficulté à comprendre pourquoi un homme sensé et respectueux de lui-même ferait un geste comme ça.

La question pourrait être posée plus largement. Outre le fait d’être imbus d’eux-mêmes, qu’est-ce qui pousse les gens à s’afficher aussi sexuellement parlant sur internet ? Je sais que la nouvelle génération est plutôt médias sociaux. Elle ne vit que par le web. Combien de fois la nièce de ma copine préférait-elle son cellulaire ou son ordinateur à une conversation avec nous ? C’est la mode et je la comprends. Je suis moi-même accroc au web en quelque sorte. Cependant, jamais je n’ai eu l’idée de présenter des parties intimes de mon corps sur la toile !

J’ai un profond malaise lorsque je vois des jeunes femmes, sur les pages Facebook de lesbiennes, se présenter avec des photos où leur poitrine est plus présente que leur visage. Je comprends ce désir de plaire, mais aussi publiquement ? Et si je recevais en privée une photo de la vulve d’une pure inconnue ? Comment peut-on avoir envie de discuter avec quelqu’un alors que l’on imagine cette dernière que par sa partie intime partagée ?


Je ne comprends pas la mentalité des hommes. C’est peut-être pour ça que je suis lesbienne. Blague à part, je compatis avec toutes les femmes qui doivent affronter un tas de photos de pénis non désirés. Je suis de tout cœur avec vous, mesdames! 

Je vous laisse avec ma citation préférée sur Twitter aujourd'hui. Elle vient d'un journaliste sportif de Québec et dégage un peu l'émotion générale qu'on a cette semaine... 


Commentaires

  1. Je répondrai Ciboire! Ça va les gars? Merci Judith pour ton article :)

    RépondreSupprimer
  2. Encore ce matin, une autre dénonciation avec l'éditeur québécois Michel Brûlé... je salue les dénonciations, mais ça va finir quand?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Personnages lesbiens et leur impact

Pour ceux qui me suivent, vous savez que je partage parfois des articles concernant les différents couples de femmes dans les séries télévisées. Récemment, un couple est sorti du lot sur les médias sociaux. Juliantina vous dit quelque chose? L'impact de ce duo a été si grand sur Twitter entre autres que j'avais envie d'aborder avec vous les diverses répercussions qu'on eu les différents couples de femmes dans le passé (ou le présent) dans les séries télévisées. Cette liste est basée sur ce que j'ai observé sur Twitter.

Impact très grand

Clexa
Comment ne pas mettre Clexa (diminutif de Clarke et Lexa) en tête de liste du couple ayant eu le plus grand impact sur la communauté lesbienne? Aucun couple dans ma liste n'a eu autant de répercussions que celui formé par les deux personnages de la série The 100. Si on oublie leur forte personnalité et leur leadership, je crois que l'engouement pour ce duo était surtout dû au fait que c'était l'une de premières fo…

Du renouveau qui fait du bien

J'ai été plutôt absente sur ce blogue depuis des semaines. Beaucoup de changements ont eu lieu dans ma vie ce qui a compliqué un peu la suite de mon implication sur ce blogue.

Tout d'abord, j'ai changé d'emploi! Voilà le plus gros changement. Je suis partie d'un travail avec beaucoup d'instabilité pour un autre beaucoup plus sûr. J'avais besoin de me lever le matin et de savoir que j'avais un travail. J'étais épuisée mentalement de me demander ce qui adviendrait de mon prochain contrat. Vivre aux deux mois cette situation ne m'enchantait plus.

J'ai donc laissé cet emploi que j'aimais bien et pour lequel j'étais retournée aux études. Je me suis retrouvée dans un nouvel environnement que je n'avais jamais connu avant : le transport. À ce moment-ci de ma vie, cet emploi me donne tout ce dont j'ai besoin actuellement : stabilité, salaire et futur. Cependant, ce nouveau travail m'a demandé beaucoup d'énergie depuis un mois e…

#BuryYourGay

Veuillez prendre note que ceci est un texte d'opinion où il sera question de quelques personnages de séries télévisées. Si vous ne voulez pas avoir des dévulgâcheurs (spoilers), cessez votre lecture. Si non, enjoy et n'hésitez pas à vous exprimer sur le sujet.

Petite histoire du hastag #BuryYourGay, tiré du site internet de l'UQAM

"Dans la culture américaine, on donne le nom de «Bury your gays» au phénomène qui réserve des fins tragiques aux personnages queers, allant du départ définitif à la mort. Ce trope tire  son origine de fictions plus anciennes dans lesquelles il était inconcevable que les personnages LGBTQ puissent vivre heureux. Encore aujourd’hui, plusieurs de ces morts se produisent directement après une première relation sexuelle ou un premier baiser, rappelant l’idée que les personnages queers sont punis pour leur orientation sexuelle.  De Tara (BTVS) à Lexa (The 100), le cimetière continue de se remplir et compte pas moins de 175 pierres tombales portant l…