Accéder au contenu principal

La cavalerie pour un python

Les temps frais arrivent. Il est souvent probable que des chats errants ou d’autres petits animaux tentent de se protéger du froid en se faufilant à l’intérieur du moteur de la voiture. Cet après-midi, mon employeur a eu la mauvaise surprise de voir sa voiture inutilisable. Rien ne fonctionnait, la batterie était morte. Il a donc appelé CAA Québec pour venir le remorquer.

Quelle ne fut pas la surprise du remorqueur lorsqu’il a ouvert le capot de la voiture afin de voir s’il ne pouvait pas trouver la source du problème? Un python royal s’était faufilé à travers le moteur! Depuis combien de temps se trouvait-il là? Considérant la distance entre sa maison et le travail, nous doutons fort que mon boss ait pu transporter un tel intrus jusqu’au musée. La meilleure hypothèse est que le python se trouvait en dessous du musée ou à l’extérieur, et que lorsque la voiture de mon boss, dégageant de la chaleur, a été stationnée au musée, ce dernier s’est faufilé à l’endroit où il faisait le plus chaud, c'est-à-dire le moteur de la voiture.





Il a donc appelé la police afin qu’ils envoient les personnes nécessaires pour récupérer l’intrus. Quatre voitures de police se sont pointées au musée. Quatre! Était-ce si nécessaire d’avoir autant de policier pour un seul python? La majorité de ces hommes de loi ont simplement regardé en riant, surpris de la situation. Donc, quatre voitures de police se sont déplacées avec deux policiers chacun juste pour voir le python? De plus, ils arrivent sans les professionnels prévus. Lorsque j'ai demandé à un policier où ils comptaient mettre le python une fois sorti de la voiture, il m'a répondu, et je paraphrase, "les policiers, ça ne réfléchit pas jusque là"...




Heureusement, un remorqueur qui avait entendu la situation sur les radios, et qui connaissait les pythons, est venu nous aider. À force de se faire pousser par les policiers avec leurs matraques rétractables (je n'ai jamais compris ce qu'ils essayaient de faire), le python s'était déplacé dans l'aile avant, au-dessus de la roue avant côté conducteur.

Excusez-moi pour la vidéo dans le mauvais sens....

Finalement, le remorqueur a réussi à sortir le serpent. Le python a été amené par les policiers au Berger Blanc, je crois, où une enquête sera ouverte pour savoir qui aurait pu perdre ce genre d’animal. Le ministère de la Faune a été averti aussi. 



Dans tout ce sauvetage, j’aimerais tout de même remettre un prix citron à l’un des policiers. Ce dernier voulait agripper le python par la queue avec une corde lorsque le remorqueur avait réussi à sortir cette partie du corps du serpent. Alors que ce dernier lui intimait de ne pas faire cela, car il allait blesser gravement les parties reproductrices du serpent, le policier a lancé : « Moi l’important c’est de sortir le serpent de là. Je m’en fout de lui écraser les parties » C’est le moins que l’on puisse dire, il a causé un froid que lui seul trouvait drôle…



Malgré tout, ce fut une aventure incroyable dans un lundi après-midi qui se voulait très banal! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Je suis migraineuse

J'ai eu une migraine hier.
J'ai de la difficulté à expliquer pourquoi j'en fais, mais je sais que lorsque j'en subis une, ma journée est une perte totale. 
Cela commence par une douleur ressentie d'un seul côté de la tête. Parfois à gauche, parfois à droite, ça varie chaque fois et elle est localisée près d'un oeil. Une douleur intense me donnant comme des pulsations sur les tempes. Parfois, j'ai tellement mal que j'ai envie de me donner des coups de poing à la tête afin de tenter de diminuer la douleur. La migraine me donne aussi mal au cou et parfois, j'ai l'impression que seul un massage de cette région peut me soulager.
Alors, je prends des Tylénols, parfois des Advils, afin de tempérer ma douleur. Ça ne marche pas toutes les fois, eh oui, j'abuse des analgésiques. Quand j'ai mal, je ne m'endure plus. C'est inévitable, lorsque j'ai une migraine, je ne suis plus fonctionnelle. Je suis de celles qui n'arrivent plus à fonct…

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…