Accéder au contenu principal

Retour à l’école: un pensez-y-bien



Depuis que je suis retournée à l’école en septembre 2010, je n’arrête pas d’entendre des chroniques ou des émissions de radio/télé où l’on essaie de motiver les gens à retourner sur les bancs d’école. On martèle à qui veut l’entendre qu’il ne faudrait pas endurer un emploi que l’on n’aime pas, que l’on devrait foncer et trouver un meilleur travail quitte à retourner à l’école.

Lorsque je suis retournée au CÉGEP, j’avais 27 ans. Je n’étais pas encore dans la trentaine, j’avais, je croyais, toute la vie devant moi et l’opportunité incroyable de pouvoir retourner étudier dans un domaine que j’aurais voulu et réfléchi. Je travaillais alors dans un Centre de la petite enfance à Montréal avec un emploi stable et un poste permanent. J’avais étudié dans ce domaine à 17 ans, pour des raisons purement pratiques. En effet, la technique en éducation à l’enfance ne demandait aucune mathématique et me permettait de sortir de mon patelin afin de pouvoir vivre mon orientation. J’ai travaillé près de 10 ans dans le domaine. Je n’étais pas malheureusement, mais j’avais besoin de quelque chose, à ce moment précis de ma vie.

Je n’aurais pas imaginé que ma décision serait plus difficile à vivre que je ne l’aurais cru. La vie a décidé de mettre des défis sur ma route et celle de ma conjointe. Alors que j’aurais dû être en mesure d’aller aux études sans trop m’inquiéter financièrement, il y a eu un arrêt maladie qui a rendu la situation plus difficile. Mélangez à cela l’incertitude quant à mon choix de carrière et les possibilités d’emploi par la suite, nous ne vivions pas le processus de la meilleure des façons.

Le stress premier résidait dans le fait que le domaine que j’avais choisi (muséologie) n’offrait pas un avenir très florissant. À 27 ans, je voulais faire quelque chose qui m’intéressait, mais j’aurais dû écouter ma tête dès les premiers jours de la première session où j’ai compris dans quelle galère je m’embarquais.

J’aime mon domaine. J’aime l’histoire. J’aime côtoyer des objets anciens, historiques. Cependant, rendu à 34 ans, je comprends aussi que j’aurais dû choisir un domaine où les possibilités d’emploi sont plus faciles en cas de perte de travail. Par exemple, le secrétariat aurait été mieux que la muséologie.


Mon contrat actuel, au musée où je travaille, se termine en décembre prochain. On m’a laissé miroiter que je serais renouvelée et pourtant, aucun contrat ne s’apprête à être signée à court terme. Je suis présentement en train de recherche un nouvel emploi, à l’extérieur de la muséologie. Je ne veux pas quitter le domaine par choix, mais plutôt par nécessité. Je n’ai plus 20 ans. J’ai des obligations familiales, dont une maison à payer. Je n’ai pas le caractère et la personnalité pour réussir à survivre contrat après contrat.

Bien que ce retour aux études ne se soit pas passé comme je l’aurais souhaité, j’ai quand même eu la chance de travailler pendant au moins 4 ans dans le domaine. C’est déjà plus que la majorité des autres étudiants de ma cohorte. Cela m’a permis d’apprendre beaucoup sur moi et sur ce que je recherche avant tout. Si quelqu’un venait me voir pour me parler d’un potentiel retour aux études, que lui dirais-je? Je l’encouragerais certainement à y retourner. J’adore aller à l’école et je crois que les nouvelles connaissances sont toujours les bienvenues dans la vie de tous les jours. Cependant, j’encouragerais la personne à choisir un domaine plus sécurisant (à moins que cette personne soit prête à vivre avec un salaire de crève-faim).


J’essaie tous les jours, depuis la première session, de ne pas regretter mon retour aux études. Si j’avais à reprendre la décision à ce moment-là de ma vie, je prendrais probablement la même. Cependant, avec l’expérience que j’ai aujourd’hui, je choisirais un domaine plus facile et moins stressant…

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lorsque l'offre surplombe la demande: comment arriver à se démarquer?

Je suis une "jeune" auteure. Je suis publiée dans une petite maison d'édition québécoise, Homoromance Éditions. J'ai maintenant deux romans publiés et deux autres qui viendront plus tard.

La vie d'auteur n'est pas aussi "glamour" qu'on pourrait le croire. Considérant qu'environ 9% des auteurs québécois peuvent vivre de leur plume, je suis très loin de pouvoir penser faire ça de ma vie.

Je ne suis pas la seule à vouloir me faire connaitre. Si nous n'avons pas les moyens de nous faire de la publicité, il ne reste que de faire du bouche-à-oreille. Depuis que j'ai commencé à écrire, je me suis inscrite à plusieurs pages Facebook qui touchent les livres. Dans la plupart de celles-ci, l'accent est mis sur la promotion des livres. C'est effrayant comment il y a des auteurs et des livres offerts. La question que je me pose: où sont les lecteurs?

La plupart des publications des auteurs sur ces pages Facebook ne reçoivent jamais ou bien p…

Amenez-en des modèles

Je prends une pause de la correction de mon prochain roman afin de venir vous parler d'un sujet qui me tient à coeur: la présence de modèle LGBT dans l'actualité.

Je le dis souvent, lorsque j'étais adolescente, j'aurais donné n'importe quoi pour avoir des exemples de femmes homosexuelles. Pendant cette étape de ma vie où les questionnements et la négation étaient monnaie courante, j'aurais vraiment souhaité pouvoir m'identifier à quelqu'un.

Depuis ce temps pas si lointain (j'ai quand bien même juste 35 ans), les choses ont évolué énormément. Si on ne considère que le Québec, plusieurs personnalités féminines se sont dévoilées sur leur orientation sexuelle. Les Judith Lussier, Ariane Moffat, Debbie Linch-White et Marie-Andrée Labbée, voilà un bon nombre de femmes s'affichant et devenant par le fait même des modèles pour les jeunes adolescentes en questionnement. Enfin pouvoir mettre un visage sur ce que ressemble une femme homosexuelle : quelqu'…

C'est le temps d'accrocher mon couteau Olfa...

Se fut une belle aventure que c’est aventure là. Parsemée d’embûches et de sacrifices, de haut et de bas. Il y a 8 ans, je prenais la décision de tout lâcher et pour une fois, foncer dans un domaine qui m’intéressait. Un changement téméraire dont j’en suis sortie relativement chanceuse. Travaillant en muséologie depuis 5 ans (dont 4 ans et demi à la même place), j’ai décidé d’accrocher mon couteau Olfa (outil commun pour un TEM). Contractuelle depuis ma sortie de l’école, j’ai réussi à travailler jour après jour dans mon domaine, faisant des découvertes toutes aussi merveilleuses les unes après les autres. Les difficultés fiscales qu’un travailleur autonome peut rencontrer, mêlé à l’instabilité de ma carrière auront eu raison de ma détermination.


Il est maintenant temps pour moi de penser un peu à mon mental et au futur que je souhaite plus stable. J’ai découvert que je n’avais tout simplement pas l’étoffe ambitieuse de me battre dans cette marre contingentée des techniciens en muséolo…